Rentrée littéraire : les coups de coeur et les coups de griffe de la rédaction de Lire

Une interview intéressante de François Busnel, rédacteur en chef du magazine "Lire" permet de découvrir ses enthousiasmes et ses déceptions de la rentrée littéraire 2006. Il livre aussi ses impressions sur la littérature américaine toujours aussi énergique et créative...

Il donne notamment un avis assez intéressant sur la littérature américaine :

Extrait :
"La force de la littérature américaine, c'est son audace et son souffle. Comme ils sont peu considérés dans leur pays, les auteurs américains n'ont pas d'enjeux de carrière ; du coup, ils osent, ils sont complètement désinhibés. Ils n'écrivent pas pour eux en se demandant si telle phrase est bien tournée ; ils abordent de grands sujets, sur l'état de l'Amérique, sur le monde, et surtout, ils racontent des histoires. En ce sens, ils sont très grecs et complètement modernes en même temps.

C'est ce qui explique leur succès en France : tous ces livres français d'autofiction, tous les médias en parlent mais on ne les lit pas. Ce que demandent les lecteurs, c'est d'être emmenés au bout du monde. J'ai rencontré une cinquantaine d'écrivains américains : ils ont tous eu une vie avant d'écrire et il n'y en a pas un d'entre eux qui n'ait pas voyagé. En France quand un écrivain passe deux jours au-delà du périphérique, il en ramène un livre !"

La sélection de Lire

* Yasmina Khadra : Les sirènes de Bagdad (Julliard)
* Michel Schneider : Marylin, dernières séances (Grasset)
* Charles Dantzig : Truman Capote (Grasset)
* Olivier et Patrick Poivre d'Arvor : Disparaître (Gallimard)
* Jonathan Littell : Les bienveillantes (Gallimard)
* Nuala O'Faolain : L'histoire de Chicago May (Sabine Wespieser éditeur)
* Christine Angot : Rendez-vous (Flammarion)
* Amélie Nothomb : Journal d'Hirondelle (Albin Michel)
* Yann Moix : Panthéon (Grasset)
* John Updike : Tu chercheras mon visage (Seuil)
* Rick Moody : Le script (éditions de l'Olivier)
* John Irving : Je te retrouverai (Seuil)

Interview complète à lire sur le site de LCI :

(11 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Des auteurs Américains libres de toute contrainte?

    Je n’y croit pas trop. Pour le lecteur US, un livre DOIT faire 500 pages mini. Dans certains livres comme le dernier Brett Easton Ellis, j’avais l’impression qu’au début, il se disait: "Je vais trop vite! Je n’atteindrais jamais 500 pages! Alors je vais rajouter 4 pages sur la décoration de ma chambre!" Et qu’a contrario, dans le dernier Tom Wolfe: "M…, déjà la 480e pages et j’ai encore plein de trucs à écrire! "Hoyt perd son futur job et Jojo gagne de matchs de basket. FIN" Voilà, pile-poil 500 pages!"
    L’autre contrainte, c’est visiblement le happy end, comme dans le dernier Connely où l’épilogue semble avoir été écrit sur un coin de table, sur les "conseils" de l’éditeur…

  2. Je suis plutôt d’accord avec la citaion de Busnel même si tout cela n’est pas très nouveau. Je viens de finir le script de Moody (dont je publierai la chronique aujourd’hui voilà voilà) et ce qui frappe c’est l’ambition, peut-être l’orgueil, de l’auteur à prendre à bras le corps son époque, ce qui la résume, ce qui la nourrit, d’avoir une longue portée (contexte social, références à l’histoire) sans rien lâcher sur la psychologie des personnages, ni sur les ressorts dramatiques nécessaires à une bonne fiction. Le livre pourrait être jugé prétentieux, il est surtout d’une générosité inouïe. Les écrivains américains savent que ce qu’ils font n’est pas si important -on peut le regretter mais c’est un fait, à-bas l’écrivain n’a pas une grande place. Du coup ils sont libres d’être tour à tour prophètes, scénaristes, métaphysiciens, dérisoires ou essentiels avec la même jubilation.

    • Poissonrouge on 25 août 2006 at 14 h 25 min
    • Répondre

    Sa liste est intéressante, il manque juste une diversité des maisons d’édition.

  3. Le débat est en effet intéressant, même si rebattu.
    Littérature américaine versus littérature française, mmh toujours difficile de se livrer au jeu des comparaisons forcément réductrices.
    Busnel dit "tous ces livres français d’autofiction, tous les médias en parlent mais on ne les lit pas. Ce que demandent les lecteurs, c’est d’être emmenés au bout du monde."
    D’une, si personne ne les lisait, Angot and co aurait arrêté depuis longtemps d’être publiés 🙂

    Secondo, le lecteur demande d’être emmené au bout du monde… Hum, pas sûr que la qualité d’un livre se mesure à l’aune du dépaysement qu’il procure (peut être pour certains lecteurs… de là à en faire une généralité…). La poésie du quotidien peut aussi être passionnante, tout dépend comment on le raconte ! Bon encore une fois on retombe sur le bon vieux débat "histoire versus style".
    Ex : Wolf s’échine sur ces histoires mais écrit comme un pied donc…
    Au delà de cela, l’émotion littéraire est sans doute le plus important : emmener son lecteur, le captiver et cela peut passer par plein de moyens différents y compris l’autofiction ou le roman intimiste.

    Joest : assez d’accord sur ta remarque pour American psycho mais tu crois vraiment qu’il a raisonné comme ça lol ?
    Ca fait aussi partie du plaisir de lecture ces longues descriptions qui immergent complètement le lecteur dans l’atmosphère du livre.

    Easywriter, "Le script" serait une "oeuvre mineure" de Moody pour ses fidèles lecteurs… A suivre dans ta chronique alors…

  4. Je suis allée lire en entier l’interview de Busnel, et au final, je trouve ça dommage. Dommage qu’Amélie Nothomb, qui a apparemment pondu un livre "aussitôt lu, aussitôt oublié", fasse la couverture, ait un dossier sur elle dans "Lire", et soit dans la sélection du magazine. C’est même un peu n’importe quoi – la miss Nothomb en est à un tel point qu’elle vendra, pub ou pas pub. Pourquoi ne pas mettre en avant un autre auteur, un autre livre, meilleur ? Leur sélection est terriblement consensuelle… il y a peut-être de très bons livres là-dedans, mais c’est décevant de voir qu’on parle toujours des mêmes. Ca aurait courageux de miser sur quelqu’un d’autre…

    • Journaliste on 26 août 2006 at 11 h 51 min
    • Répondre

    Il y a toujours une dichotomie entre ce qu’aimeraient vraiment défendre les rédactions et ce qu’attend leur lectorat.
    Quel magazine pourrait aujourd’hui se permettre de boycotter Amélie Nothomb ?
    Mais est ce vraiment la couverture du nouveau Lire / la photo de Nothomb semble dater de l’époque métaphysique des tubes.?

  5. Pour la couverture, il semblerait que ça soit effectivement celle de septembre pour "Lire", du moins d’après une note en bas de la page-interview de LCI…
    Après, effectivement, je ne souhaite pas le boycott d’Amélie Nothomb (surtout que, personnellement, je l’apprécie). Mais c’est vraiment ne pas se mouiller que faire tout un dossier sur elle… J’aurais préféré que Lire me fasse découvrir un auteur que je connais moins, et en qui le magazine croirait réellement.

  6. pour "ses fidèles lecteurs" ? c’est une association ?
    je ne suis pas fidèle à grand-chose mais pour en avoir lu quelques autres (des Rick Moody ) celui-là me convient parfaitement. Le Lethem s’annonce lui aussi excellent. côté français -mais il est déjà trop vieux pour le buzz – le dernier marc weitzmann est plutôt de bonne facture. mais c’est toutjours la même histoire : je trouve que la littérature française contemporaine se résume soit à un jeu formel autour de la langue soit à singer une certaine littérature anglo-saxone ce que font les rey beigbeder et compagnie. Combien de jeunes français dans vos bibliothèques ?

  7. Easy, lol oui tu ne connais pas ? Après les amis de Michel Houellebecq, "Les amis de Rick Moody"(Rick moody’s friends). Pour les fins limiers qui passeraient par là, ceci est à prendre au 2nd degré merci. Plus sérieusement, il s’agit juste de bouche à oreilles (encore et toujours) de lecteurs qui le lisent depuis Tempête de glace mais tout est relatif bien sûr. A ce sujet il y a aussi la bonne critique de Christophe sur Culture Café qui loue ses qualités donc…
    http://www.culture-cafe.net/arch...

  8. <a href="http://www.fluctuat.net/3476-Le-... la mienne</a> elle sent le paté p’têt ?
    Ok je vous dois un lien…:)

    • sylvie marin on 16 septembre 2006 at 18 h 01 min
    • Répondre

    Merci, François Busnel. J’ai dévoré les Sirènes de Bagdad qui m’a bouleversée. Je n’ai pas lu Yasmina Khadra, avant. Je plonge dans l’Attentat, puis dans les Hirondelles de Kaboul. Je suis tout de même étonnée que cet écrivain formidable ne soit pas sélectionné pour les Grands Prix d’automne. Est-ce à cause de son passé de général ?

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.