"J'ai choisi les mots comme seule arme, j'ai une confiance tout à fait illimitée en leur pouvoir."
(Michel Houellebecq)
"In the particular is contained the universal."
(James Joyce)

Salons du livre

Compte-rendus de conférences et interviews (Paris)...

Ecrit-on un film comme on écrit un roman ? Conférence de Delphine de Vigan au salon du livre 2012

Le 16 Mars dernier, au cours du salon du livre 2012 à Paris, Delphine de Vigan, l’auteur phare de la rentrée littéraire de septembre 2011 avec son roman, « Rien ne s’oppose à la nuit », participait à une conférence sur le thème « Ecrit-on un film comme on écrit un roman ? ». Elle explique son travail d’écriture et dévoile son projet de film en cours. Compte-rendu : delphine_de_vigan-interview-salon-livre2012-ecriture-roman-cinema.jpg

Lire la suite

Léonora Miano et Olivier Adam reviennent aux sources de leurs personnages (salon du livre 2010)

Dernier compte-rendu des conférences du Salon du livre de Paris 2010 avec le débat « En quête d’identité – Les personnages ont une vie propre » tenu le 30 mars 2010 avec Léonora Miano, Olivier Adam, et Patrick Rambaud. Les personnages romanesques ont souvent une vie qui leur est propre. Ils s’imposent à l’écrivain lui demandant de raconter leur histoire. Commence alors pour l’écrivain une longue quête pendant laquelle il découvre ses propres personnages… :

Lire la suite

La littérature du XXIème siècle : Emmanuelle Pagano, François Beaune, Vincent Message, « Distinguer le vrai du réel »

A l’occasion de la remise de son prix « Opération manuscrits » (visant à aider de jeunes auteurs à trouver un éditeur), le magazine Technikart, via son journaliste littéraire Baptiste Liger, a animé un débat, lors du salon du livre 2010 à Paris, ayant pour thème « La littérature du XXIème siècle ». Ont été notamment analysés les styles littéraires fictionnels ou inspirés de la réalité (vécu autobiographique). Emmanuelle Pagano (« L’absence d’oiseaux d’eau »), François Beaune (« Un homme louche ») et Vincent Message (« Les veilleurs »), trois auteurs qui ont marqué l’actualité littéraire récente, se sont ainsi exprimés sur les genres littéraires, le dosage de réalité et de fiction qu’ils ont injecté respectivement dans leurs écrits et les difficutés pour ensuite le structurer. Compte-rendu :

Lire la suite

« L’autocensure est en train d’avancer masquée » : R. Jauffret (Sèvère) et M. Darrieussecq (Rapport de police) débattent au Salon du livre

Eternel débat, la présence de réalité, d’actualité ou de vécu ne cesse d’interroger la fonction du roman: la fiction « pure » existe-t-elle ? Jusqu’où le romancier peut-il aller pour réinventer le réel ? En somme, quelle est sa liberté face au réel… Et comment se positionner face au travail des journalistes (cf : l’excellent « L’adversaire » de’E.Carrère qui marie parfaitement les deux exercices) ?

Le 26 mars dernier, au Pavillon des trente ans du Salon du livre 2010, Régis Jauffret qui publie « Sévère » inspiré de l’affaire Édouard Stern (rappelons qu’il est le fondateur de la revue « Dossiers criminels ») et Marie Darrieussecq victime d’une accusation de « plagiat psychique » par sa consoeur Camille Laurens et qui l’analyse dans « Rapport de police » débattaient une nouvelle fois du sujet, « Les frontières entre fiction et réel », à l’aune des dernières polémiques et réflexions sur le roman contemporain. Où l’on se rend compte que depuis La princesse de Clèves, les mentalités n’ont pas tellement évolué… Compte-rendu de leurs interventions respectives :

Lire la suite

L’Édition française s’exporte-t-elle bien ? (Conférence Salon du livre mars 2009)

Comment la France tire-t-elle son épingle du jeu de la mondialisation culturelle ? L’édition française, qu’il s’agisse de littérature ou de sciences humaines, s’exporte-t-elle facilement ? Et quels sont les pays les plus ouverts à nos auteurs ? Éditeurs, responsables des droits étranger, agents littéraires ont confronté leur points de vue le 16 mars dernier au Salon du livre de Paris. Peu de temps après le « Festival of new French writing » à New-York, les attaques du Times magazine sur la « mort de la culture française » (article de Don Morrisson début 2009) ou encore la fermeture de la Librairie française de New-York, cette discussion animée s’est tenue entre Serge Eyrolles, Président du SNE, auteur de « Les cent mots de l’édition » (Que sais-je) Heidi Warneke, Directrice des cessions de droits étrangers chez Grasset, Marianne Payot, rédactrice en chef adjointe de la rubrique livres de l’Express, François Samuelson Agent littéraire et artistique, fondateur du Bureau Français de New York et Intertalents, Francis Esmenard PDG des éditions Albin Michel et Marc-André Wagner, secrétaire général du CNL. Compte-rendu :

Lire la suite

« Le roman et la vraie vie », dialogue entre Olivier Adam et Irvine Welsh (conférence Salon du livre 2009)

Le vendredi 13 mars 2009, sur le plateau de la « Place des Livres » du salon du livre de Paris, les écrivains Irvine Welsh, fraîchement publié aux éditions du Diable Vauvert avec Glu et Olivier Adam, fraîchement récompensé par le Prix RTL-Lire pour Des vents contraires, étaient les invités de Bruno Le Dref, rédacteur en chef de la rédaction de France2, pour une conférence intitulée « le roman et la vraie vie ».

Lire la suite

« Le renouveau de la littérature américaine », conférence Salon du livre mars 2009

Nelly Kaprièlian, critique littéraire pour le journal « Les Inrockuptibles » et l’émission radio « Le masque et la plume », se passionne pour la littérature américaine et a même participé à la réalisation d’un documentaire (« Romans made in New York » diffusé sur Arte). A travers les portraits de six écrivains américains, ce film tentait de radiographier la nouvelle génération d’auteurs new-yorkais qui a succédé aux célèbres et incontournables Jay McInerney et Bret Easton Ellis, auteurs phares de la « Génération perdue ». Toutes ces rencontres dessinaient un portrait de la société américaine de l’après 11 Septembre tout en évoquant les enjeux littéraires et esthétiques auxquels font face ces jeunes auteurs.

Au salon du Livre, un débat sur le même thème a été organisé. Animé par Nelly Kapriélan, il a évoqué l’émergence, depuis une décennie, de différents jeunes auteurs américains, nés pour la plupart entre 1974 et 1978, sur la scène littéraire US. Jonathan Safran Foer, Nicole Krauss, Jonathan Franzen, Marisha Pessl, Dave Eggers, Keith Gessen, Benjamin Kunkel, sont-ils parvenus, à l’égal de leurs ainés 20 ans plus tôt, à renouveler le roman américain ? Comment se situent-ils par rapport à eux ? Comment, en quelques romans, ont-ils marqué la littérature américaine et vers quoi l’orientent-ils? Benoît Yvert, président du CNL, Olivier Cohen, éditeur (L’Olivier), Christine Jordis, écrivain et éditrice (Gallimard), Pierre-Yves Pétillon, spécialiste de la littérature américaine et Michel Lederer, traducteur, tentent une approche autant synthétique que subjective en ne manquant pas de citer d’autres auteurs… !

Lire la suite

Je blogue, tu blogues, nous bloguons, et vous ? (Conférence Salon du livre 2008)

Un dernier petit souvenir d’une conférence du Salon du livre 2008…
Vendredi 14 mars 2008, 10h50. Les allées du Salon du Livre, fraîchement inaugurées, sont encore praticables, voire désertes. Un répit avant le rush du week-end. Il faut dire que rares sont les auteurs présents, toute la programmation des dédicaces est concentrée sur la fin de semaine et mardi soir, pour la nocturne. Les vedettes du jour ? Exposants, conférenciers et invités… A priori rien de très palpitant pour le plus grand nombre… Pourtant, tout au fond du démesuré Hall 1 de la porte de Versailles, un petit quelque chose d’intéressant se prépare : une rencontre de passionnés qui interrogent leurs rapports à l’écriture à travers leurs blogs. Karine Papillaud, Serge Roué, Gilles Cohen Solal et Lorenzo Soccavo. Rencontre :

Lire la suite

Conférence Salon du Livre : « Publier, et après ? » (16 mars 2008)

Avant de vous donner un aperçu de quelques conférences du Salon du livre 2009, voici un petit souvenir de celui de l’an passé qui n’a rien perdu de son actualité : C’est devenu un des rendez-vous phare du salon du livre, le dimanche en fin de matinée, le Journal du Dimanche proposait une conférence / débat aux visiteurs. Cette année la causerie s’intitule « Publier, et après ? » Un vaste programme … Être publié et lu, le rêve de tout écrivain, non ? Mais qu’est-il réellement de l’après-publication dont on parle peu ? Comment un auteur gère-t-il l’interprétation, la réception, la médiatisation de son travail, les critiques des médias ou le silence autour de sa dernière parution ? C’est ce qu’ont essayé d’éclaircir les invités de Patrice Trapier, rédacteur en chef du JDD et sa chef de rubrique Lire, Marie-Laure Delorme. Autour de la table ont pris place Jean-Marc Roberts (écrivain et PDG des éditions Stock), Bruno Le Maire (homme politique et auteur Des hommes d’état, Grasset), Vincent Delecroix (philosophe et auteur de « La chaussure sur le toit », Gallimard) et l’emblématique chroniqueur du JDD : Bernard Pivot.

Lire la suite

« Le roman et la vraie vie », dialogue entre Olivier Adam et Irvine Welsh

Trente ans de classe ouvrière écossaise sur fond de rock, de foot, de bastons et de libéralisme destructeur. Irvine Welsh, l’auteur de Trainspotting, revient plus électrique et vitaminé que jamais avec Glu, son nouveau roman. Vendredi 13 mars 2009 – 12H-13H / La Place des livres / Littérature Animé par : Le Dref Bruno (Rédacteur en chef de la rédaction de France 2) L’écrivain très en vogue Olivier Adam dialogue avec Irvine Welsh, un grand de la littérature écossaise (« Trainspotting ») rarement visible en France. Inspirations sociales croisées, entre vie réelle et fiction. Invités: Olivier Adam: « Des vents contraires » (L’Olivier ») Irvine Welsh: « Glue » (Le Diable Vauvert)

Lire la suite

Exportation de la littérature française

comment la France tire-t-elle son épingle du jeu de la mondialisation culturelle? L’édition française, qu’il s’agisse de littérature ou de sciences humaines, s’exporte-t-elle facilement? Et quels sont les pays les plus ouverts à nos auteurs? Éditeurs, responsables des droits étranger, agents littéraires , confrontent leur points de vue. Invités: Serge Eyrolles: Président du SNE, auteur de « Les cent mots de l’édition » (Que sais-je) Heidi Warneke: Directrice des cessions de droits étrangers chez Grasset François Samuelson: Agent littéraire, et artistique, fondateur du Bureau Français de New York Francis Esmenard: PDG des éditions Albin Michel Marc-André Wagner: Secrétaire général du CNL

Lire la suite

Interview expresse de Claire Castillon (prochain roman 2008 : « Dessous, c’est l’enfer »), Salon du livre 6/6

Dernier de nos entretiens express avec les auteurs à l’occasion du Salon du livre 2008 où l’on a réussi à cueillir une Claire Castillon très demandée par ses nombreux lecteurs et lectrices en dédicace ! Venue présenter notamment ses deux derniers recueils de nouvelles, « On n’empêche pas un petit cœur d’aimer » (2007) et « Insecte » (2006), sachez d’ores et déjà qu’elle publiera à la rentrée de septembre 2008 (en librairie le 20 août), un nouveau (et sixième) roman intitulé « Dessous, c’est l’enfer ».

Lire la suite

Interview de Florian Zeller (dernier roman : « Julien Parme »), Salon du livre 2008 (4/6)

Suite de nos rencontres avec les écrivains à l’occasion du Salon du livre 2008 à Paris… Cette année encore Florian Zeller prend place sur le stand Flammarion du salon du livre. Un comité d’accueil attend son arrivée. Pourtant, le jeune auteur de 29 ans, n’a pas de nouvel opus à dédicacer. Son actualité ? La sortie en poche de Julien Parme et sa participation au recueil de nouvelles « 10 ans 10 auteurs 10 nouvelles » (à l’occasion des 10 ans de la collection « Nouvelle génération » des éditions « J’ai lu »). L’occasion de prendre de ses nouvelles et d’analyser avec lui ce mouvement de « littérature nouvelle génération » dont il est l’un des auteurs phare, mais aussi de papoter de Jean-René Huguenin, de Shakespeare, de sa passion du théâtre ou encore de son rapport ambivalent à Internet… Un grand merci à Florian Zeller pour avoir pris le temps de répondre à nos questions avec précision et richesse (+ Tribune libre sur Florian Zeller à lire en complément, en commentaire ci-dessous) :

Lire la suite

Interview de Nicolas Fargues (« Beau rôle »), Salon du livre 2008 (2/6)

Poursuivons notre série d’interviews réalisées à l’occasion du Salon du livre 2008 avec un arrêt au stand des éditions P.O.L où l’on rencontre Nicolas Fargues qui vient de publier un corrosif sixième roman -« Beau rôle »- en forme de satire sur le monde du cinéma français mais aussi sur la célébrité, les vanités, l’identité au sens large du métissage au sexe… (voir la Tribune libre détaillée à ce sujet). Questions sommaires et périphériques depuis cette dernière parution très remarquée et sa promotion au plus africain des écrivains français, Nicolas Fargues, qui bien que très sollicité par les nécessaires dédicaces, s’est montré très disponible. Un entretien chaleureux et varié où l’on aborde sa passion pour le cinéma ou encore son prochain roman déjà en préparation… Qu’il en soit ici remercié.

Lire la suite

Interview de Camille de Peretti (« Nous vieillirons ensemble »), Salon du livre 2008 (1/6) + lecture vidéo de 2 extraits

Camille de Peretti vient de publier en cette rentrée littéraire un troisième roman tour à tour drôle, émouvant ou violent, sur le thème difficile et inattendu des maisons de retraite et du vieillissement, monde qu’elle connaît bien puisque ses parents œuvrent dans le milieu médical. Un sujet sensible à l’heure où l’on dénonce les dérives de certains de ces établissements mais tel n’était pas le propos de l’auteur qui dit s’être avant tout intéressée à ses personnages et à leurs émotions. Merci à la gracieuse et talentueuse Camille de Peretti, que j’ai réellement prise sur le vif, en 5 minutes chrono, pour lui faire parler de son dernier roman « Nous vieillirons ensemble » paru chez Stock. En bonus, une lecture vidéo de deux extraits par l’auteur :

Lire la suite

Conférence Chloé Delaume, François Bégaudeau et Oliver Rohe / Salon du livre 2007 (6/6) : L’acte d’écrire, autofiction et rapport au réel dans le roman…

Sixième étape, enfin !, un an après (mais sans rien perdre de l’actualité de son thème)…, de nos rencontres avec les auteurs du Salon du livre dernier (2007) à Paris, avec le débat « Du plaisir à la rage, du réalisme poétique à l’écriture automatique : romance de la colère ». Ayant un peu dévié de son sujet initial, il s’est tenu le 25 mars 2007 entre plusieurs jeunes auteurs : Chloé Delaume, François Begaudeau et Oliver Rohe, autour de la thématique de l’autofiction et du réel sur le stand de Virgin Mégastore. Au programme, une discussion dense, des prises de positions affirmées et un partiel état des lieux de la littérature française contemporaine.

Lire la suite

Interview de Marie Desplechin (« Le sac des filles ») / Salon du livre 2007 (5/6)

A l’occasion de l’actualité de Marie Desplechin (la sortie du film Sans moi adapté de son roman éponyme), publions l’interview que l’écrivain, figure phare du roman français, a bien voulu nous accorder à l’occasion du salon du livre 2007 à Paris. Derrière des montagnes de livres estampillés 10/18 ou les éditions de l’Olivier (pour les versions brochées), « Sans moi », « Un pas de plus », « La vie sauve » (écrit avec Lydie Violet) ou encore « Le sac à main« , elle nous parle plus particulièrement de ce dernier, à l’occasion de sa parution récente en poche. Entre deux amies de passages, une bouché de sablé et la circulation de sa pétition contre l’expulsion des familles sans papier dont les enfants sont scolarisés en France, elle répond à quelques questions.

Lire la suite

Interview de Vincent Ravalec (+ « Hépatite C » et « PEP : Projet d’éducation prioritaire ») / Salon du livre 2007 (4/6)

Quatrième étape haute en couleurs de nos rencontres avec les auteurs du Salon du livre dernier à Paris, avec le nouveau visage de Vincent Ravalec. Avec « Les filles sont bêtes et les garçons sont idiots », l’écrivain éclectique confirme la nouvelle trajectoire que prend son écriture et les terrains qu’elle explore. L’auteur, considéré comme chef de file de « la littérature nouvelle génération » lors de la pulication d’Un pur moment de rock’n’roll, son premier recueil de nouvelles (1992) qui l’a sorti de l’ombre (et lui valut le prix de Flore), puis en 1994 de « Cantique de la racaille » (ré-édité en mars 2006, J’ai lu) a délaissé son humour noir et son univers fait de loosers déjantés et autres petites frappes malchanceuses, cessé de décrypter les mystères du chamanisme et fait une volte-face avec une collection de livre frais et tout aussi truculents, pour les adolescents… comme pour leurs parents !

Lire la suite

Interview d’Arno Bertina – « Anima Motrix » et « Une année en France » / Salon du livre 2007 (3/6)

Suite de notre tour des stands à la rencontre des jeunes auteurs sur le Salon du livre 2007 :
A côté de Joy Sorman, Arno Bertina patiente. Il attend l’arrivée d’Oliver Rohe et François Begaudeau pour la dédicace collective d’Une année en France (Gallimard). Mais devant le jeune romancier s’alignent également des exemplaires d’Anima Motrix (2006, Verticales). Âgé de 32 ans, l’auteur a déjà à son actif sept publications, dont deux ouvrages collectifs, et collabore à des revues comme Inculte (à noter que François Begaudeau et Oliver Rohe, entre autre, y participent également). Pensionnaire à la Villa Médicis (2004-2005) il déclare « on a travaillé comme des fous, c’était génial ». Car, qu’on se le dise Arno Bertina est un acharné du clavier et orfèvre des mots, de la syntaxe et des fugues narratives.

Lire la suite

Interview d’Ariel Kenig – « Quitter la France » / Salon du livre 2007 (2/6)

Rendez-vous sur le stand des éditions de Denoël à la rencontre d’Ariel Kenig, un jeune auteur de 23 ans qui a déjà publié les très remarqués « Camping Atlantic » (2005, Denoël) et « La pause » (2006, Denoël). Avec « Quitter la France » (paru le 29 mars), il approfondit encore son travail littéraire sur le thème de l’imbrication du social et de l’intime. Dans ses deux premiers ouvrages, il était question de l’ennui des adolescents, des relations fraternelles, de la révolte de la jeunesse, contre le monde du travail (et notamment du travail en usine), contre un certain formatage de l’identité en raison de ses origines, de son lieu de vie, de son héritage familial. A travers cet essai pamphlétaire virulent, il tente d’analyser ce qu’il reste du sentiment d’être français, « sous le forme d’une lettre de rupture amoureuse à notre pays » et signe du même coup ce qu’il qualifie d’un « acte personnel de désobéissance civile ».

Lire la suite
1/212