Dans l’alcôve des filles : les romans « girly » du moment

Posologie : Si vous avez plus de 35 ans, que la légèreté et le second degré ne font pas partie de vos habitudes, que vous êtes allergique à la presse féminine et/ou que vous appartenez à l'autre moitié de l'humanité, il est recommandé de ne pas aller plus loin dans la lecture de ce billet. Les effets secondaires pourraient être en effet dramatiques ! Pour les autres, bonne nouvelle : les histoires (et déboires) des trentenaires citadines sont de retour ! De Paris à Tokyo... "Sept filles en colère" du collectif de journalistes Sonia Bricout, Claudine Colozzi, Mounia Daoudi, Hélène Piot, Sophie Prévost, Elizabeth Tchoungui et Lucile Vanweydeveldt, "Cabine commune" de Delphine Bertholon (photo ci-contre, RGM), "Le sac de fille" de Marie Desplechin et le poignant "Vibrations" de la japonaise Akasaka Mari : petite sélection de "Chick lit" moderne (pas guimauve)...

COUP DE COEUR : "Sept filles en colère" vient de paraître aux éditions Les petits matins. Sur le papier tout pour plaire au Buzz littéraire (hormis le titre inadapté qui sonne très MLF) : "Il faut bien l'avouer, toutes les filles traînent leur lot de casseroles, des histoires qu'elles préfèreraient oublier. On a beau être dynamique, indépendante et trentenaire, on n'en est pas moins perturbée face à un surfeur obnubilé par sa planche, un artiste manipulateur, un amoureux des reptiles, un radin égocentrique. Et vous, que répondriez-vous à un homme qui vous dit : " Viens dîner chez ma femme " ? En 20 nouvelles, sept filles, sept copines, sept trentenaires dynamiques, indépendantes et célibataires racontent leurs déboires avec les hommes.

Et quand on ouvre ce recueil ? Beaucoup de bonnes surprises. Des nouvelles courtes et vivantes qui tiennent leurs promesses. Originalité : ce sont sept auteures qui ont signé les 24 confidences qui habitent ce livre rose flashy comme le veut la tradition graphique de l'éditeur agrémenté de clichés féminins. Toutes journalistes, elles évitent pour autant de tomber dans le style magazine pour livrer de vraies proses littéraires, tout en restant légères. "Qu'on ne me jette pas la pierre, je suis comme ça, je n'insiste pas, je ne m'impose pas. Je ne sais pas. Enfant timide, adolescente réfugiée dans ses chimères, jeune fille gauche. L'assurance fichée dans les entrailles, cet entrelac de racines qui, sorties de terre, deviennent des séquoias ou des destins exceptionnels, je ne l'ai pas. Je suis une fille de l'air. Souvent dans les nuages, mais sans espérer décrocher la lune. Je prends ce que la vie me donne."
Avec beaucoup d'humour tantôt ironique tantôt bon enfant, et de lucidité, elles nous content leurs mésaventures et rencontres amoureuses tour à tour burlesque, pathétique ou romantique... Des rendez-arrangés par les amis au "boy next door" avec un chat en passant par les lubies de certains prêts à inventer n'importe quelle excuse pour prendre la fuite et de "leurs amants d'occasion, amoureux de circonstance" ! Coup de coeur pour la nouvelle "L'homme idéal" et son effet final très bien vu !
Assumant avec le sourire et l'autodérision qu'il se doit leurs "rateaux" comme leurs bévues tout en se jouant des clichés, ces jeunes femmes savent instaurer une complicité et une empathie immédiates. Frais, pétillant et très attachant !
Extrait (Pas de goy sur son porte-bagages) "Mon futur mari et moi :
Nous serions trentenaires, biens dans notre peau avec dans le regard un peu d'hésitation et aussi une grande force. Il aurait de petites rides au coin des yeux, un air compréhensif, une stature rassurante, un blouson en cuir vieilli, une maman sereine vivant à la campagne en concubinage, un boulot qui l'intéresse. Il n'aurait pas vraiment d'états d'âme, mais comprendrait les miens, y serait attentif et saurait y apporter des réponses. Il aurait une blessure secrète que moi seule connaîtrais et qui me le rendrait encore plus cher, pour l'admiration que j'aurai de sa force à la cacher et à être ouvert malgré elle (...)
A Noël, nous irions dans les grands magasins main dans la main, avec derrière nous une marmaille hurlante, nous nous arrêterions pour regarder un bouquin et je pencherai ma tête vers son épaule, tout occupée que je serai à humer le parfum de sa peau à travers l'étoffe.
"
Réservez le recueil "Sept filles en colère"
Les filles en colère ont même un blog !

COUP DE COEUR :
Dans son premier roman "Vibrations", paru en 2003 en France, la japonaise Akasaka Mari (qui a fait sensation dans son pays) nous conte le mal-être d'une jeune journaliste branchée de Tokyo, souffrant de boulimie, d'alcoolisme ("Je voulais utiliser ce solvant organique pour dissoudre l'incoercible sentiment de disharmonie que je ressentais et me mettre à l'extérieur de moi-même.") et de schyzophrénie (des voix se bousculent en permanence dans sa tête au sujet desquelles elle dit "Moi je n'ai pas de mots à moi. Je ne peux pas écrire avec mes mots. Ca doit être à cause du boulot que je fais, ça doit être à force d'entendre les autres me raconter leurs histoires. Moi je n'ai rien, rien. C'est pour ça que je voulais combler le vide avec les sentiments des autres."). Profondément fragile et complexée ("Pour éviter qu'on me fasse des réflexions déplacées, dans un monde dirigée à majorité écrasante par des hommes, j'avais le choix entre me moquer éperduement de mon apparence, ou être toujours jolie. J'ai décidé d'être toujours jolie.") et proche de la folie, elle se laissera séduire par un inconnu dans le supermarché d'une station essence qu'elle fréquente de nuit. Un chauffeur poids lourd qui l'embarquera dans son camion qui ressemble à "l'intérieur du ventre de ce type. Il n'y a pas de décoration mais on s'y sent bien, c'est doux et tiède" et pour lequel elle éprouve une attirance irrésistible.
Dans la veine "d'Un drôle d'endroit pour une rencontre", ces deux écorchés de la vie, prisonniers de leur terrible solitude, partageront le temps d'un étrange road-trip, de ce "voyage au bout de la neige" dans l'intimité de leur nid métallique, à travers les rivières et montagnes floconneuses du Nord du Japon, une complicité tendre et charnelle au cours duquel ils apprendront à se connaître à mesure que les souvenirs de l'héroïne remontent et qu'elle livre ses réflexions sur la jeunesse japonaise moderne gangrenée par la prostitution ("(...) J'étais très jeune, la jeunesse ça ne coûte rien et en plus ça peut se vendre. On doit pouvoir vivre en se prostituant, sans souteneur comme font les ados maintenant, mais moi, même si j'avais 15 ans aujourd'hui, je ne crois pas que j'aurais le courage de me lancer là-dedans.") et qu'elle exorcise la violence qui l'habite, dans un style sexuellement explicite, sensuel et poétique. Assez envoûtant... A noter qu'un film a été adapté du roman et diffusé au Festival du Film Asiatique de Deauville en mars 2004 (visuel ci-contre de l'actrice Shinobu Terajima qui a reçu plusieurs prix d'interprétaion pour ce rôle)

Dans un autre registre, pour son troisième roman "Cabine commune", (après "Les dentelles mortes" et "Feux de croisement") Delphine Bertholon lauréate du tremplin Technikart 2006 (et également scénariste TV), choisit, elle, de se glisser dans l'intimité d'une cabine d'essayage peu commune puisqu'elle est commune justement et l'on s'y déshabille en collectif ! Ce roman en forme d'exercice de style retrace donc les multiples dialogues qui se tiennent entre vendeuses et acheteuses tour à tour capricieuse, impatiente, hésitante, fragile, complexée, maniaque et souvent insupportables voulant bien sûr toujours la taille ou la couleur indisponible ! Il est vrai que ce lieu est propice aux confidences, aux dévoilement et aux petites anecdotes truculentes. D'après l'éditeur ce roman dépeint "la vie édifiante d'une boutique de vêtements" et dresse "un portrait délirant de la société de consommation", "un concentré savoureux de toutes nos névroses" à travers le rideai de la cabine d'essayage. Si vous aimez les comédies de Patrick Braoudé et que les articles de Biba (auquel collabore d'ailleurs l'auteur) vous font rire, vous aimerez sinon passez votre chemin. Extrait :
"- Dites, il est taille basse ce pantalon ?
- Oui un peu.
- C'est insensé ! On ne peut plus trouver un pantalon normal. Je suis consternée.
- Je sais madame, c'est la mode qui veut ça. Il faut prendre l'habitude. Je vous assure, on s'y fait.
- Ah non je ne pourrai jamais m'y faire !
J'ai toujours l'impression que je vais le perdre, qu'il va tomber et puis les collants dépassent.
Et quand vous levez les bras, hein ? Je suis bibliothècaire moi. Dans un lycée. Vous imaginez si j'attrape un livre devant une flopée et qu'on voit mon ventre à chaque fois. Pire... ma culotte ?
"
A lire aussi sur le même thème la chronique pittoresque et très vivante d'une blogueuse "shopping addict" sur l'ambiance des cabines d'essayage pendant les soldes : "Derrière le rideau", dans la série blog de fille pas gnan gnan.

Enfin pour finir cette petite sélection en toute futilité, signalons la sortie récente en poche de "Le sac de fille" de Marie Desplechin dans lequel elle dresse l'inventaire du sac à main d'une jeune femme, haut lieu du mystère féminin ! Un bâton de rouge à lèvres, un paquet de mouchoirs, un agenda, une liste de courses, un préservatif, une boîte d'allumettes... Autant de petits trésors intimes, ô combien révélateurs, qui possèdent tous leur histoire et rappellent des souvenirs ou des rêves enfouis. A travers ces objets qui en disent long, Marie Desplechin reconstitue la vie de son héroïne à la façon d'un puzzle, accompagné du charme des illustrations d'Eric Lambé.

(1 commentaire)

  1. A signaler le blog des 7 filles en colère :
    http://www.septfillesencolere.bl...

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.