"J'ai choisi les mots comme seule arme, j'ai une confiance tout à fait illimitée en leur pouvoir."
(Michel Houellebecq)
"In the particular is contained the universal."
(James Joyce)

«

»

Les filles sont bêtes, les garçons sont idiots de Vincent Ravalec : Les lois de l’attraction vues par un pré-ado de 12 ans

Vincent Ravalec retombe en ado(adu)lescence et se souvient de ses années -difficiles- de boutonneux pré-pubère où le mystère féminin commence à devenir obsédant. Pour la deuxième fois (après « Ma fille a 14 ans » publié en 2005 chez Librio), l’auteur de Cantique de la racaille et d’Un pur moment de rock’n roll, revient donc sur cet âge de trouble où l’on se pose beaucoup de questions sur l’Autre. Dans la peau d’Arthur 12 ans, il livre un petit roman destiné aux ados mais qui ravira aussi les lecteurs assidus de l’auteur de façon plus générale, qui retrace son enquête délicate pour élucider l’énigme des différences entre les sexes et les lois de l’attraction…

« Il me fallait défricher moi-même cette terra incognita. Les filles détenaient un secret. C’était évident.« 

Se glisser dans la peau d’un ado et parler comme lui semble être un exercice auquel les romanciers aiment se prêter comme en témoigne le dernier Florian Zeller intitulé Julien Parme (l’effet cure de jouvence ?). Avec plus ou moins de bonheur. Dans le cas de Vincent Ravalec, plutôt doué pour retranscrire des dialogues à l’oralité juste, le défi est plutôt bien relevé, même si demeure un certain petit décalage générationnel (oui Vincent, peu d’ados de 12 ans actuels s’exclameront avec ce délicieux charme rétro : « Non que j’imagine que le monde soit de la crotte ! » ou « N’allez pas penser cependant que j’étais la dernière des nouilles… »).

Arthur est néanmoins bel et bien un aventurier des temps modernes et c’est à l’aide de son ordinateur, d’Internet et des SMS qu’il va mener son enquête au pays des secrets de l’alchimie amoureuse et plus généralement des filles. Objectif : découvrir pourquoi alors que ces filles sont bêtes (du genre à se « mettre le doigt dans l’oeil concernant la réalité »), elles sont en même temps si fascinantes et désirables au point que l’on veuille mettre sa langue dans la leur…
Alors il va se mettre à réunir des témoignages, à collecter tous les indices, les ouvrages sur le sujet pour boucler son dossier « Filles » (rappelant vaguement le fameux dossier Rachel de Martin Amis). Avec beaucoup de méthode et d’une façon presque clinique voilà notre jeune héros qui s’attèle à la tâche pour remédier à ses affres. Parce qu’avant « de mettre sa langue dans la bouche et de tourner et de se coller contre des seins et tout le truc – il veut d’abord connaître la psychologie féminine. »

Ce sage (et très réfléchi) garçon, se lance donc dans une étude des moeurs et de comportement de ces créatures étranges que sont les filles. De la lecture de Cosmo ou Marie Claire à la pratique sur le terrain sous couvert de reportage exclusif du webzine « Trop-Pas, le magazine qui vous prend trop pas la tête »… Et se posant des questions aussi scientifico-existencielles que « Mélanger sa salive avec une fille est-il quelque chose de significatif ? » ou « Que se passait-il exactement lorsque l’appendice buccal A rencontrait l’appendice buccal B ? Y avait-il dans chaque microparticule de salive des électroaimants reliés à un aimant central situé plus bas, dans une autre partie du corps ? »

Bref, notre jeune philosophe tente de décrypter la sociologie amoureuse avec les moyens du bord. Parviendra t’-il à passer de la théorie à la pratique… ? C’est toute la question !

Un bref roman d’initiation humoristique dans le genre « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les roulages de pelles sans avoir jamais osé le demander » qui ravira (et décomplexera) les ados en pleine ébullition hormonale et rappellera des souvenirs aux plus grands…

A lire aussi sur le même thème
: le très réussi roman graphique « Retour au collège » de Riad Sattouf