Conférence Salon du Livre : « Publier, et après ? » (16 mars 2008)

Avant de vous donner un aperçu de quelques conférences du Salon du livre 2009, voici un petit souvenir de celui de l'an passé qui n'a rien perdu de son actualité : C’est devenu un des rendez-vous phare du salon du livre, le dimanche en fin de matinée, le Journal du Dimanche proposait une conférence / débat aux visiteurs. Cette année la causerie s’intitule « Publier, et après ? » Un vaste programme … Être publié et lu, le rêve de tout écrivain, non ? Mais qu’est-il réellement de l'après-publication dont on parle peu ? Comment un auteur gère-t-il l’interprétation, la réception, la médiatisation de son travail, les critiques des médias ou le silence autour de sa dernière parution ? C’est ce qu’ont essayé d’éclaircir les invités de Patrice Trapier, rédacteur en chef du JDD et sa chef de rubrique Lire, Marie-Laure Delorme. Autour de la table ont pris place Jean-Marc Roberts (écrivain et PDG des éditions Stock), Bruno Le Maire (homme politique et auteur Des hommes d'état, Grasset), Vincent Delecroix (philosophe et auteur de "La chaussure sur le toit", Gallimard) et l’emblématique chroniqueur du JDD : Bernard Pivot.

Tous ont une conception et une expérience différentes de la littérature, de l’acte d’écrire, une sensibilité de jeune premier ou relative indifférence de la plume rodée. Rencontre :

Pour Jean-Marc Roberts, écrivain et éditeur, un auteur s’accompagne. Si éditer un écrivain est « une histoire de séduction réciproque » qui « intimide autant l’auteur que son éditeur notamment lors de la première rencontre » cette aventure n’est pas sans risque, pour les deux parties. Mauvaises critiques, incompréhension de l’œuvre, dérisions de la part les médias, déni du travail effectué, désintérêt des lecteurs ... Pour l’éditeur de Stock « une publication heureuse est une sortie sans humiliation » Pourtant, publier, et donc porter son travail à la connaissance de tous, c’est se mettre en danger.

De nos jours, le passage incontournable de la médiatisation c’est la télévision. Un média à double tranchant. De concert, les invités regrettent la feu émission littéraire de Bernard Pivot, Apostrophe ! Pour eux, aujourd’hui, les journalistes ont une perception partielle des ouvrages abordés (quand ils les ont lus !) et ont des réponses pré-conçues aux questions qu’ils posent. Si le petit écran n’est pas un lieu approprié pour la littérature, il reste le garant d’une large et facile visibilité. Vincent Delecroix garde un mauvais souvenir de sa première expérience télé. « Lors de la sortie de son roman, et plus encore du premier, on est très sensible aux critiques. Pour mon premier plateau télé, je me suis fait littéralement flinguer. Je ne connaissais rien aux règles du jeu, j’étais complètement perdu, contrairement aux autres personnes en plateaux. C’était odieux ». Et Bernard Pivot de s’insurger et de compatir. Bruno Le Maire confirme. « Je me moque des ventes. Jusqu’à ce jour, je n’ai pas eu de mauvaises critiques pour mon livre Des hommes d’Etat. Mais j’ai connu la critique. Il est vrai que celles méchantes, de mauvaise foi, n’ayant aucune considération du travail effectué blessent durablement, laissent réellement des traces. ».


Vincent Delecroix, philosophe et auteur du remarqué "La chaussure sur le toit", Gallimard

Parler de leurs ouvrages dans les médias et faire face aux critiques de ces mêmes médias ou des lecteurs n’est donc pas toujours une partie de plaisir où l’écrivain viendrait sereinement redorer son blason. La réception de l’œuvre est parfois complexe. Le livre sera-t-il compris ? Bien interprété ? Le travail qu’il a demandé sera-t-il estimé à sa juste valeur ? Le lectorat aimera-t-il ce livre ? Bernard Pivot, vieux routard de l’édition dont le Dictionnaire amoureux du vin (éd. Plon) se dresse sur les étals des librairies, tempère les choses. « Il y a toujours des lecteurs mécontents ». Mais comment faire fi des remarques négatives, des incompréhensions au sujet d’un travail qui a demandé tant d’implication ?

Autres désagréments de la promotion : le manque de temps pour aborder le cœur du livre, en télé ou en radio, et la nécessaire simplification de l’ouvrage face aux journalistes. Il faut résumer, tirer les grandes lignes, condenser des centaines de pages pour toucher rapidement le public et susciter son intérêt. De quoi frustrer les auteurs. Vincent Delecroix remarque cependant, que le tempo imposé par les impératifs d’antenne permet quelques fois « de découvrir de nouveaux sens à son texte. » tout comme l’interprétation des lecteurs. Bruno Le Maire ajoute que « face aux journalistes et au public, le livre s’écrit une deuxième fois ». Là, l’auteur n’en est plus vraiment maître. Faire la promotion de son livre, n’est donc pas toujours, comme le rappelle le jeune auteur en citant Simone Signoret « faire le service après-vente » mais peut se révéler être un réel échange.

Bruno Le Maire et Vincent Delecroix s’accordent encore sur le fait qu’il est parfois difficile de se replonger dans un ouvrage pour sa promotion. « Une fois que le livre est publié, la reconnaissance est certes agréable. Mais au moment de la sortie, souvent je travaille déjà sur un autre projet. Et je n’ai pas toujours envie d’être retenu en arrière par le livre écrit précédemment, parfois des années auparavant. » confie l’homme politique.

Il évoque enfin une difficulté d’un autre ordre, lors de la mise en lumière de ses écrits : « la schizophrénie de l’auteur ». « Dans un premier temps, un écrivain goûte à la solitude lors de la rédaction puis à l’exposition parfois violente pour la médiatisation, la promotion de ses livres. » Une double vie parfois complexe à gérer. L’homme politique déplore d’ailleurs de ne pas avoir plus d’occasions, notamment en télé, de partager ce fait. Vincent Delecroix rebondit sur cette remarque et s’embarque sur le thème des « auteurs, mais pas seulement ». Avoir un métier en dehors de l’écriture est, pour lui, un garde-fou à la folie. S’il ne cache pas qu’une nomination à un prix littéraire ne l’aura pas laissé indifférent, il est heureux d’avoir un travail en parallèle, pour ne pas rester centré sur l’idée de cette récompense, allouée ou pas après des semaines d’attente, de rumeurs. Et Bruno Le Maire de citer l’écrivain Philippe Jacottet écrire est « une activité marginale et en même temps que centrale » (L’Express, du 13 au 19 mars 2008)

Difficile donc de faire le point sur cette pratique trouble, qui convoque tour à tour le retrait quasi-total et l’indispensable promotion, le besoin de reconnaissance, les affres de la folie… Un débat qui peut-être vous poussera à vous interroger, lors de votre prochain achat en librairie ou de votre prochaine invective en ligne sur tel ou tel livre... [Anne-Laure Bovéron]

(5 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Super intéressant, après il y a des chances que les expériences réelles varient d’un auteur à l’autre. Pas facile de tirer des conclusions générales dans tout ça.

    • laurence biava on 3 avril 2009 at 17 h 21 min
    • Répondre

    très bien, j’applaudis. lo

  2. C’est vrai que la question mérite d’être posée. A ce que j’en sais, pour 99% des "nouveaux auteurs", sitôt publié, sitôt oublié. Enfin quasi. Pour le 1% qui reste (toujours des "nouveaux auteurs"), ça varie. En tout cas le vent souffle fort en ce moment. Qui arrache les toits. Selon certains observateurs, l’accalmie n’est pas pour demain. Écrire, ah là là. Prions et faisons, aussi, des tartes aux fruits.

  3. Rah c’est horrible, j’aurai bien voulu râler, poser une voix discordante, mais je suis plutôt carrément d’accord avec tout le compte-rendu de ce qui a été dit ce jour-là…

  4. Le silence autour d’une sortie de livre est peut-être plus difficile à gérer pour un auteur. On peut se battre contre les approximations, même si on n’y arrive pas, c’est possible, il peut y avoir riposte. Mais contre la ouate, le comas du silence…

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.