« Rhésus » d’Héléna Marienské, prix du « 15 minutes plus tard » (extrait)

Suite à la remise du premier "prix du 15 minutes plus tard", voici un extrait de ce roman de la rentrée littéraire 2006, salué unanimement par la critique et les lecteurs. Dans son épilogue intitulé "D'après moi", Héléna Marienské exprime, dans son style malicieux et poétique, ce que signifie pour elle l'acte d'écrire : l'oubli de son moi, si pesant. « Je non-suis avec passion », décrit-elle avec humour...

"Mais que d'efforts pour vivre interminablement avec moi. Je m'amadoue, pourtant, me leurre et m'apprivoise, je me compose un reflet flatté de moi qui serait acceptable. Soulagement, pendant les quelques instants où je coïncide avec ce moi mieux. Mais crotte et purin, le moi est là, gros bloc, et le reflet bientôt se brise comme un miroir à l'impact du granit lancé à toute force, et je tombe tête en bas sur un sol en ciment. Le crâne s'ouvre et à sa suite le corps se fend en deux. La colonne vertébrale, seule, reste pointée vers le ciel, cocasse paratonnerre de quel orage ? Je ne sais, tandis que s'effondrent avec symétrie mon moi gauche et mon moi droit. Vite la mort, que je me repose de toutes ces avanies. Mais sitôt qu'il a touché terre, mon corps recouvre sors unité, l'esprit suit, et le tour est joué.

Je suis sans cesse encombré d'un moi qui n'est pas celui que j'aurais emporté, si l'on m'avait donné le choix. On m'a fait une méchante blague.

Les spécialistes du moi ont apporté à ce cas critique quelques améliorations. Qu'ils en soient ici remerciés. Mais las ! Las ! Cautère et jambe de bois... tout cela n'a pas tenu devant la vie. Le pire est qu'on ne me plaint pas, bien au contraire, rares sont les consolateurs. On pense sans doute que je suis satisfaite du paquet. On n'imagine pas cette fâcherie de toujours, ces réconciliations sans lendemain. Cours fermés à toutes les compassions, cours de pierre ! Je sais, les mouches souffrent aussi. Les plaint-on ?

On n'imagine pas les nuits difficiles, les abattements, les désespoirs. Comment imaginerait-on ce misérable fatras puisque je souris? Car j'ai été dotée d'un moi au regard affable. Il semble tout heureux, tout béatement satisfait de lui et de son sort. Le masque du bonheur fut livré en même temps que le sujet malingre et souffreteux qu'il dissimule. Il est si étroitement collé à la peau que l'arracher serait sans doute dangereux. Reste donc le moi qui fait risette et ferait presque le malin, mettrait du baume sur les plaies du monde...

Certains donc louchent vers moi, m'imaginent enviable, et m'envient. Comme la jalousie confère à la méchanceté l'efficace d'un virus, ils se déchainent par hordes, et m'accablent. On m'ôterait volontiers, dans la mêlée, tout le fruit de mon travail, on m'amputerait de mes muscles ou de mes avoirs, on me déglinguerait bien la gueule, quitte à ne pas être poli. Je dois montrer les dents, ce qui m'afflige car je ne me suis guère remise des imperfections de ma denture, qui égalent presque celles de mon âme.

Je me trouve engagée dans des combats que je n'aurais pas voulus mais nécessaires à ma survie sociale. C'est épuisant et grotesque. Encore que je ne crache pas sur les joutes, après tout, comme diversion. Et donc, à la première alerte, je sors les oriflammes et les artilleries, prête à toutes les batailles.

Mais parfois, pour éviter tous les embarras afférents au moi et les épuisements de la guerre, je cesse d'être moi. Je non-suis alors avec passion. Je deviens platane, écorce, ongle, forêt, odeur, tubercule ou biscuit, état, lumière, chaleur. Le moi lumière tiède est extatique, et je ne le quitte qu'à regret. Autre moi que je voudrais ne jamais quitter : le moi musique, prélude et fugue, mais le bruit rond des gouttes de pluie sur le zinc du toit est presque aussi bien.

Je suis souvent envahie par tout autre que moi. Ce tout autre s'infiltre par la bouche et les oreilles, sans doute même par la peau, car je suis poreuse. Les manoeuvres d'approche ne m'alertent guère, je vois venir sans crainte ce qui va dominer le moi chétif, l'occuper corps et âme, tendrement l'asservir, lui ôter toute force et tout désir d'agir hors de son emprise. Ainsi fit Rhésus.

Héléna Marienské, Rhésus (P.O.L, 2006, p. 311-314)
via l'excellent Lignes de fuite

(2 commentaires)

    • Heautontimoroumenos on 10 novembre 2006 at 8 h 21 min
    • Répondre

    J’ignorais que H. M. concourait pour un prix et suis très content qu’elle en ait emporté un.
    J’ai dû lire une bonne vingtaine de romans cette rentrée. Rhésus est l’un des deux ou trois à sortir du lot.
    Construction madrée, puzzle mal emboîté, subjectivités défaillantes, polyphonie gouailleuse, exubérance vitale juste avant extinction des feux, détournements littéraires : un régal !
    Sans compter que la première moitié du livre m’a arraché des rires de chacal.

    A noter que les meilleurs romans de cette rentrée sont pour l’essentiel des premiers.

  1. Ouah ! Heautontimoroumenos laisse un message enthousiaste par ici. Une première ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.