Les Corrections de Jonathan Franzen: 20 000 lieux sous la famille américaine

Les corrections de Jonathan Franzen, National Book Award en 2001, est-il un livre choquant ? Dénonce-t-il quelque chose de nouveau ? Les prisons dorées des sociétés occidentales, nos impasses métaphysiques, nos quêtes de sens, notre impuissance face au temps qui passe, les mentalités étriquées, la petitesse des ambitions égocentriques, l’incommunicabilité… Les Lambert, une famille prise au sens de « cellule familiale » est télescopée sous tous ses angles. La cellule familiale, son irrémédiable démantèlement, son éloignement au point que ses membres deviennent des étrangers entre eux. L’éternel thème de famille je vous « hais-me ». L’impossible cohésion des systèmes de pensée, chacun persuadé de son bon droit. Le tiraillement entre ce qu’il faudrait faire (ses devoirs familiaux) et ce que l’on ressent (les ressentiments).

La famille Lambert ou « Les désaxés tentent de sauver les apparences ! »
A ma gauche Enid, prisonnière du paraître auprès de ses voisins et connaissances, s’accrochant à ses catalogues de décoration intérieure, ses rêves de croisière, tente de jouer la comédie de la famille unie, maintenant coûte que coûte un semblant de normalité face à la déchéance de son mari et les vies marginales de ses enfants.

A ma droite, Alfred, son mari revêche et buté, exténué des manies de son épouse se débat contre la terrifiante maladie d’Alzheimer.

Et au milieu leurs enfants : Chip, l’aîné, courant après une gloire improbable de scénariste à succès, accumulant les échecs sentimentaux et tentant de fuir des responsabilités familiales qui l’effraient.

Denise, chef restauratrice talentueuse, accumulant les aventures, hésitant sur sa bisexualité, désireuse de tenir son rôle de fille dignement en soutenant ses parents vieillissant. Et Gary, le seul ayant reproduit le schéma politiquement correct de la famille. Marié, père de 3 enfants… et en proie à une dépression existencielle qu’il refuse d’admettre et des inquiétudes plus matérielles quant à l’avenir de ses parents défaillants…

L’auteur a déclaré avoir mis un peu de lui dans chacun de ses personnages pétris de doutes et d’angoisses. Il utilise ici la méthode classique du « grattage de vernis » qui met crescendo à nu les failles cachées et les travers de ces personnages dont aucun n’est épargné. On est tenté au fil de la lecture de prendre parti pour l’un ou l’autre des membres de cette famille. Excuser les faiblesses de certains, condamner les comportements d’autres. Le lecteur spectateur se surprend à être juge.

Le point culminant intervient lors de la réunion familiale à Noël. Une date symbolique : la fête familiale par excellence où chacun, après de multiples rebondissements, sera réuni. Où chaque membre reviendra sur les lieux de son enfance, avec ses souvenirs et ses démons. Reconstitution artificielle des vestiges d’une famille. Les « faux pas » du passé pourront ils être corrigés ? Les rancœurs effacées (les fameuses « Corrections ») en cette date symbolique ?

Nous laisserons la question en suspens pour les futurs lecteurs de cet ouvrage qui ne nous laisse plus beaucoup d’illusions sur le bonheur familial…

4 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

    • djo29 sur 8 janvier 2007 à 15 h 49 min

    1 bon gars ,1 classik litterair

    • Joëlle sur 8 octobre 2007 à 16 h 43 min

    Un vrai bon roman (pas très bien traduit, malheureusement)lucide sur le monde moderne et curieux des nouvelles problématiques éthiques.

    Le thème central : les chocs et les contadictions entre notre recherche individuelle et égoïste du bonheur et nos diverses obligations sociétales. Le réseau familial est le plus contraignant de tous les réseaux qui nous enserrent, mais il y en a d’autres, tels le voisinage, le milieu professionnel…La famille évolue, on passe du couple des parents, conventionnel et moral, au couple du fils, plus hédoniste et sournoisement sapé par la grande aisance financière.

    Le thème adjuvant est peut-être celui-ci : que faut-il retenir de la morale et des conventions sociales de nos parents? Est-ce que les changements dans nos vies matérielles et spirituelles (l’évolution des mentalités)nous façonnent une vie plus facile? La famille (les parents âgés et les enfants jeunes adultes) requise pour la démonstration s’empêtre et s’englue dans toutes sortes de problèmes et s’évertue laborieusement à ne pas sombrer (cf. l’épisode symbolique de la croisière et du père qui tombe à l’eau).

    • Bob sur 30 mai 2008 à 13 h 22 min

    Un vrai bon roman … 🙁
    Les goûts et les couleurs ne se discutent pas, mais pour ma part ce roman a été une vraie déception.
    À tel point que je n’ai pu en voir la fin.

    • Clara sur 4 août 2010 à 0 h 47 min

    Bon roman dans l’ensemble. Le style m’a plu, et plus encore le propos. J’ai bien aimé aussi les changements de ton et la narration assez riche. Bien sûr, certains personnages (pour moi Denise et Chip) sont plus attachants que d’autres, et donc certains passages sont un peu plus longs que d’autres. Mais on se retrouve (c’est terrible !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.