Naïve session : concept musico-liiéraire

Naïve Sessions est une nouvelle collection littéraire qui propose à un écrivain de choisir une chanson pour écrire une fiction. Un concept intéressant à découvrir. Arrêtons de plaisanter: la musique n’a jamais adouci les mœurs! Mais, à coup sûr, elle inspire les écrivains. Mieux encore, la musique peut les construire, leur donner le tempo d’une phrase, le rythme d’un paragraphe, le mouvement d’un chapitre.

%%% Tel est le point de départ de la nouvelle collection littéraire, Naïve Sessions (de la maison de disques Naïve), qui propose à des auteurs venus d’horizons très différents de partir d’une chanson ou d’un chanteur pour écrire une fiction.%%% %%% Premier à essuyer les plâtres, François Bégaudeau évoque la naissance et la mort des Rolling Stones avec cette écriture serrée, énergique, lumineuse qui est la sienne dans Un démocrate, Mick Jagger. Pour le romancier qui garde la «rock’n’roll attitude», il s’agit bel et bien de construire un tombeau pour le chanteur de Satisfaction et d’enterrer le mythe en plein concert d’Altamont. Sa mauvaise foi est flagrante, réjouissante et la partition est d’une belle qualité. Anna Rozen préfère la soul music signée Stevie Wonder, celle de Joy inside my tears, sensuelle, charnelle et langoureuse. Dans Encore, elle évoque les corps qui se frôlent, le désir et la solitude. %%% %%% Viendront ensuite Olivier Rohe, Sylvie Robic et Frank Pavlov pour évoquer Tom Waits ou Neil Young. L’idée a séduit les romanciers, tout prêts à écrire autrement sur la musique tout en conservant leur exigence littéraire, leur univers personnel. Et le résultat est une réussite. Leur liberté d’écriture leur permet d’évoquer une époque, une impression, un mouvement. Ces deux récits-romans font suite au livre de Charles Berberian, Playlist, dont les dessins et anecdotes évoquaient un journal de fan. La musique n’est pas seulement une affaire de journalistes spécialisés, les écrivains, plus rebelles aux théories, ont leur mot à dire. Jusqu’au délire…%%% %%% Un démocrate, Mick Jagger, François Bégaudeau, 10 euros%%% Encore, Anna Rozen, 8,50 euros%%% Playlist, Charles Berberian, 22 euros%%% Les trois ouvrages sont disponibles aux éditions Naïve.%%% %%%  »Source : Lire »

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.