Portrait de l’artiste en crevard de Thierry Théolier


Voilà un objet littéraire tout à fait hors du commun et proprement inqualifiable. Pamphlet poétique? Poésie guerrière? farce provo? théorie artistique? performance? happening littéraire? laboratoire anti-hypeux? ce texte inclassable de Thierry Théolier échappe brillamment à tous les genres qu’il dénonce.


Loin des artifices parisiens, branchouillés, VIP, pubeux, artistes à la mode et fashionistes de tous bords, Théolier, THTH pour les trolls ses amis, habitué et proche de Technikart, fondateur du célèbre syndicat du Hype, entreprise d’incruste et de dérive fétarde pure et non sponsorisée, THTH nous dénonce radicalement, dans un style neuf et déjanté les multiples turpitudes marchandes ou snobs des jolis mondains et nous aphorisme joliment quelques verités essentielles. Le crevard est le contraire du dandy. Comme le dit THTH : « Nous ne sommes pas des dandies, nous sommes des Nobody ».

Vindicatif, barré, insultant, drole, nominatif, dernier des mohicans, dyslexique, parodique, hilarant, unique représentant de son espèce, ce livre l’est à plusieurs titres, par sa langue post-post-jeunes gens modernes, son style éclaté, son humour subtilement décalé ou kalachnikovien. Il y a des flux et des brisures, des effets de montage, aussi, beaucoup d’effet de montage, parce que son corps et son cerveau sont connectés en permanence, sur la violence de l’IRL et sur la cyberidiotie. Il y a du name dropping à vous donner le vertige. On appelle ça « un effet de réel ». Il a tout consigné plusieurs années durant, alors oui, c’est sûr, plusieurs années durant consigner tous les wannabe qui s’abîment les incisives sur les parquets des vernissages, ça fait du monde, et pas qu’un peu. Il dit qu’il n’est personne, le règne du Nobody. Il dit : « Je copyleft ma souffrance de merde », il dit : « Un artiste n’est jamais free. Il est sous la tyrannie de son ego », il dit : « Nous sommes les premiers punks sans instruments ». Avant de finir sur : « De nos jours, les écrivaillons vivent et les vivaillons écrivent. /je n’écris pas, je survis. / SILENCIO. » Mais aussi par sa distribution originale et loin du merchandising général : ce livre super rock se commande uniquement chez votre libraire ou sur le site www.camerasanimales.com.

Crevard (Baise-Sollers), de Thierry Théolier, éditions Caméras animales

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.