17 ans et 546 jours : une nouvelle inédite de Nicolas Rey dans Madame Figaro

Saison estivale oblige, les magazines offrent leurs pages aux romanciers pour cette époque propice à la lecture. Dans son dernier numéro, le Madame Figaro consacré à l'île de Ré invite le romancier Nicolas Rey (dont le dernier roman, Vallauris plage, est paru en juin dernier) à conter un "souvenir d'été" inédit en forme de nouvelle. Il choisit de se remémorer son adolescence (une tendance décidément très en vogue chez les trentenaires !) et joue ainsi le refrain amer des premières désillusions à travers un joli récit frais et attachant, où le jeune narrateur, entraîné par une maudite Mathilde dans une impasse sentimentale, échoue sur l'Ile de Ré... Une coïncidence amusante avec son premier roman "Treize minutes" où le jeune romancier, non encore journaliste pour le Figaro, écrivait ironiquement dans ses premières pages à l'occasion d'une soirée étudiante : "Sur la piste j'ai vite repéré une petite qui semblait tout droit sortie d'un reportage du Figaro Magazine sur les familles nombreuses en vacances à l'île de Ré." Les afficionados peuvent encore, pendant quelques jours, se la procurer d'urgence en kiosque !


Premières phrases :

"J'avais 17 ans et 546 jours. Ce fut mon premier et mon dernier séjour sur l'île de Ré. Je suis donc le type en pole position pour évoquer ce mythique endroit qu'est l'île de Ré. De l'île de Ré, je ne connaissais que la chanson de Nougaro. Elle s'appelait Mathilde. Je vous jure que c'est vrai. Mathilde, franchement, il y a des prénoms qui semblent avoir été créés pour mieux vous briser le coeur. Peut-être que je me trompe. Peut-être qu'aujourd'hui à l'île de Ré, la fille qui donne envie à un jeune type de se jeter par la fenêtre se prénomme Sandy. Pas sûr. Je n'avais pas fermé l'oeil de la nuit, rejouant l'instant de mes retrouvailles avec Mathilde des centaines de fois. A l'époque, j'étais très Vic Beretton dans "La Boum 2". A l'époque les portables (les GSM comme ils disent à Bruxelles n'existaient pas). Je sais que c'est difficile à croire. Mais certaines personnes arrivaient tout de même à tenir le coup. On s'écrivait des lettres. On prenait des trains, des bus, sans être tout à fait sûr que l'être cher soit à l'arrivée. On avait toujours un doute. Un joli doute. C'était l'été. Je devais passer 15 jours chez les parents de Mathilde." Nicolas Rey (extrait de sa nouvelle "17 ans et 546 jours")

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.