« Je vais bien, ne t’en fais » : deuxième adaptation ciné pour Olivier Adam

L’aventure du cinéma tente de nombreux jeunes auteurs à l’image de Lolita Pille, Arnaud Cathrine ou encore Christophe Honoré qui revêtent la casquette du (co)-scénariste pour adapter leurs propres romans, ceux des autres ou encore en écrire des inédits. Olivier Adam est lui aussi très demandé par le cinéma ces derniers temps. Après l’adaptation de « Poids léger » avec Jean-Pierre Améris, sorti sur grand écran en 2004, il co-signe de nouveau le scénario correspondant à son premier roman « Je vais bien, ne t’en fais », paru en 2000 chez Le Dilettante. Un film prometteur qui sortira au cinéma le 6 septembre…

Ce romancier discret, « violemment sensible », très attaché au cinéma de Pialat, abordait dans ce premier roman (écrit à 27 ans), les thèmes de la disparition, de l’absence et du mal-être.
L’histoire ? Lili, 19 ans apprend, à son retour de vacances, que Loïc, son frère jumeau, suite à une dispute avec son père, a quitté la maison. « Je vais bien, ne t’en fais pas » sont les quelques mots qu’adresse le frère absent, disparu, parti… Des mots griffonnés sur une carte postale et adressés exclusivement à sa sœur. Loïc ne répondant pas à ses appels, Lili finit par se persuader qu’il lui est arrivé quelque chose et part à sa recherche. Ce qu’elle va découvrir dépasse l’entendement…

« Nous sommes nostalgiques, mais nous ne savons pas de quoi« , fait dire Olivier Adam à Loïc, le frère disparu et adoré de la jeune Claire (rebaptisée Lili dans le film). Et c’est précisément cette mélancolie, ce manque continu et inexpliquable qui nous habite tous, plus au moins, qui est au cœur de ce livre du non-dit et des secrets familiaux, tout en pointillé.

Olivier Adam a travaillé ce scénario avec le réalisateur Philippe Lioret à qui l’on doit le mythique « Tenue correcte exigée » et surtout le lumineux « Mademoiselle » avec Sandrine Bonnaire, un petit bijou de film intimiste tout en finesse. Un duo qui ne pouvait donc, que fonctionner !

Dans les rôles titres on trouve la gracieuse et éclatante Mélanie Laurent qui tient le rôle principal de Lili, jeune fille fragile et désemparée, mais aussi surprise, on retrouve Kad Merad (de « Kad et O ») ou encore Julien Boisselier (remarquable dans « Clara et moi »), Isabelle Renaul