Les jeunes auteurs se mettent en scène : Thomas Lélu et Christophe Paviot

Les écrivains… écrivent des romans certes mais pas seulement. Ils n’hésitent plus à jouer avec leur propre image et à se mettre en scène ! Pour promouvoir leur dernier livre et/ou dans une optique artistique. Après tout pourquoi cloisonner les arts en effet ? Alors voilà qu’ils s’emparent de la caméra ou de l’objectif photographique pour livrer d’étonnants objets à mi-chemin entre création littéraire, plastique et (audio)visuelle dont ils sont les héros. Une exploration créative assez innovante même si elle peut parfois dérouter en particulier dans un pays comme la France où l’esprit conservateur domine et où toute tentative de sortir des sentiers battus (ou de mélanger les genres) ne manque pas de faire froncer les sourcils…

Thomas Lélu (présenté récemment à l’occasion d’un café littéraire consacré à son dernier roman « Perdu de vue ») cumule les casquettes d’artiste contemporain, d’écrivain et de directeur artistique. Après ses derniers romans « Je m’appelle Jeanne Mas » et « Perdu de vue », son nouveau livre « Lélu by » (onestar press) est en fait un recueil de signatures : l’artiste a demandé à 74 personnalités de l’art et de la mode de signer pour lui son nom.
Une réflexion sur le narcisisme et le star system moderne ? A vous de l’interpréter comme il vous plaira…
Edition limitée à 250 exemplaires numérotés. Disponible chez Colette.
AFTER, le dernier catalogue de Thomas Lélu avec Jean-Max Colard pour une exposition à la Villa Arson est également disponible chez Colette.

De son côté Christophe Paviot inaugure un making-of vidéo intimiste de son dernier opus « Devenir mort« , le portrait par petites touches en flash-back d’un fils dont la mère découvre l’appartement après son décès.
Dans un esprit très nouvelle vague, il s’est filmé en cours d’écriture de son roman : du banc d’un square à son clic-clac en passant par sa douche… Une petite reconstitution originale qui pourra peut-être donner aux lecteurs envie de lire cet auteur qui ne manque pas d’humour même si on peut regretter l’absence de teasing ou d’infos -inédites- sur le roman en lui-même (ses thèmes et son style), hormis le simple résumé de l’histoire. La vidéo est diffusée sur sa page MySpace. A signaler également une interview de l’auteur sur le site Strictement confidentiel et la chronique de Christophe Greuet sur Culture Café.

Point commun de ces deux auteurs iconoclastes : leur parcours en agence de publicité (qui leur donnerait plus d’audace avec l’image ?).

Dernier romans paru de Thomas Lélu : « Perdu de vue », un roman kafkaïen, prétexte à une plongée à 200 à l’heure dans l’histoire d’un trentenaire des années 2000…

(8 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. A signaler également la chronique de "Devenir mort" sur Fluctuat :
    http://www.fluctuat.net/3879-Dev...

    Extrait :
    "Dernier élément connu depuis la nuit des temps pour écrire une histoire forte : aborder le thème de la vie et de la mort. Il va sans dire, et sans l’écrire non plus, que « Devenir mort » ne parle au fond que de ça. Et si en effet, « Devenir mort », c’était se remettre dans la peau de sa mère ?"

    • PhJ. on 1 février 2007 at 19 h 06 min
    • Répondre

    Je ne sais pas si Paviot passe dans ces parages, mais juste pour dire qu’à mon avis, son petit making-of, c’est du second degré. Je n’ai pas lu son livre, mais c’est une question de minutes, et je sens que c’est bien (j’ai un flair terrible, je ne me trompe jamais). A signaler aussi (pour parler comme les journalistes – tiens, au fait, Alexandra, est-ce que tu accepterais un boulot de critique dans un magazine ? (ce n’est pas une proposition, hein, c’est une curiosité)), son très beau texte "sur" Patrick Dewaere dans le n°6 de la revue Bordel.

  2. mmh… J’ai beau cherché, je ne vois pas où il est écrit dans ce billet que ce making-of c’est du 1e degré ?
    Je vois écrit "humour" par contre.
    J’ajoute aussi que je trouve ces initiatives intéressantes à l’heure où l’on se fait presque lyncher quand on ose mettre la photo de l’auteur pour parler de son livre par ex. Je ne vois aucun mal à humaniser un livrer en montrant la personne qui en est l’auteur !

    Merci de l’info sur le Bordel Dewaere !

    Concernant ta dernière question : non je n’aimerais pas être critique littéraire dans la presse (pas envie de lire toutes les nouveautés qui sortent ! J’aime bien "les vieilleries"). Par contre j’ai d’autres idées et d’autres envies. A suivre !

    • MonsterJack on 2 février 2007 at 21 h 37 min
    • Répondre

    Ah, tu aimes bien "les vieilleries"?
    J’aimerais bien être une petite souris pour voir quels sont les livres les plus vieux que tu possèdes dans ton "chevet/parquet"?

    "D’autres idées et d’autres envies" : envie de fraises???

    MonsterJack un peu curieux

  3. Bonjour Alexandra,

    Dans la série curiosités je te conseil ( suis-je de bon conseil…mystère ) d’aller voir ceci [ barbershop-concret-projec… ] et de…courir donc.

    Bises

    Dominique

    ps: j’ai répondu à ta question concernant mlle Bruni.

    ps bis: j’attend toujours ton mail pour t’envoyer ma version par la poste puisque monsieur ordi’ semble être au bord de l’explosion

    • MonsterJack on 3 février 2007 at 17 h 40 min
    • Répondre

    J’ai été voir au-dessus…

    Vraiment je ne comprends pas ce qui peut vous enthousiasmer? Dites-le moi, car j’ai peur de passer à côté de quelque chose de Transfigurant…

  4. Je te vois qui fronce les sourcils… 🙂
    Pour répondre à ta question, dans mes envies, la mise en scène joue une grande place justement. Reste à deviner la mise en scène de quoi ?!
    Je garde ça pour moi…

  5. concept interessant, mais un roman ne se suffit-il pas à lui-même?

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.