24 secondes dans la vie de Stéphane Million, éditeur [BUZZ… littéraire Guest] #3

Dans le cadre de notre rubrique "BUZZ... littéraire Guest", notre invité Stéphane Million, jeune éditeur indépendant et fondateur de la revue littéraire "Bordel" vous donne rendez-vous mensuellement pour une tranche de vie express sur son nouveau métier et livre son regard de lecteur impénitent sur l'actualité littéraire.
Cette semaine, en cette rentrée littéraire de janvier 2009, il évoque notamment une jeune auteur, Barbara Israël, dont il publie le deuxième roman très rock "Miss Saturne" (après le remarqué "Pop Heart", qui vient de sortir en poche chez J'ai lu dans la collection "Nouvelle génération"), leur rencontre, leur collaboration et le travail sur la couverture (très graphique !).

21h02. Je reviens des vœux du maire du XVe arrondissement. Je suis parisien depuis septembre. 12, rue Lacordaire. Mais la maison de Touquin n’est pas encore définitivement vendue, nous attendons la date du notaire. Et dire que c’était avec un peu d’argent de la vente de cette maison paternelle que je devais financer mes livres… J’ai dû faire sans, jongler avec ma banque (LCL), mon imprimeur (EMD) et découvrir quelques cheveux blancs dans ma chevelure flamboyante. J’ai eu quelques idées en écoutant le discours du maire, quelques idées à vite mettre en place : se profile un salon sur le Liban, idéal pour Bernie Bonvoisin par exemple.

21h05, je pense à Barbara Israël qui doit mixer ce soir au Gibus pour une soirée Arte Morgane productions. Son livre, Miss Saturne, n’est pas encore en librairie. Mon cher distributeur Vilo avait fixé la sortie au 9 janvier. J’avais imprimé en décembre, fait mon service de presse avant Noël – cela pour Miss Saturne et Si tu meurs je te tue de Philippe Sohier. Le vendredi 9 janvier, Barbara fut invitée à Studio 168 (anciennement Minuit Dix) sur France Culture et le livre de Philippe fut chroniqué par Christophe Alévêque sur Paris Première : et j’appris le matin, en posant la question, que les livres étaient repoussés en raison d’un inventaire (ou état des lieux). Voilà.

Barbara va mixer et je suis chez moi. Je ne sais pas si je bouge (ou si je reste ici bidouiller). C’est une amie de Flammarion, Olivia, éditrice du domaine étranger, qui nous a mis en relation. Olivia avait une assistante incroyable, Camille, si fine, si fine, une taille de hamburger, envie de la manger. Olivia avait donc une assistante bandante et un texte ultra bandant aussi : Pop Heart. Qui s’appelait So Nice in Nice – ça se passe à Nice. J’ai lu le manuscrit, j’ai adoré, j’ai proposé à l’auteur de participer à Bordel, elle a accepté. Je me sentais à l’aise avec sa voix d’écrivain et avec cet âpre mélange de nostalgie et de mélancolie qui accompagne ce trio d’amitiés. Nous avons sympathisé, et une fois chez Scali, je l’ai éditée. Il sort ce mois-ci en poche chez J’ai lu. Ce qui est super classe pour le premier texte d’un prometteur écrivain. On avait pas mal galéré sur la couverture de Pop Heart : Barbara avait une idée précise et très The Smiths de son livre et c’était pas facile de concilier les désirs de chacun. Heureusement Erwan, Plaisirs de myope, a trouvé le truc : une K7 à l’ancienne avec un petit sparadrap avec inscrit : The Smiths !

Sur Miss Saturne, je ne compte plus les essais… J’ai tranché pour un compromis cohérent avec mes précédents livres : un magenta, une typo pop et un vinyle à la place du cercle en bas à gauche : bravo Erwan !

C’est super dur de définir une charte graphique ou de développer une identité visuelle. J’ai décidé, en parlant avec Erwan, de faire des livres plus graphiques, en utilisant son savoir faire de collages : et depuis, tout le monde me félicite pour la charte sobre et élégante de mes parutions (Denis Parent, Jérôme Attal, Roxane Duru et Bernie Bonvoisin). En même temps je suis sûr qu’ils adoreront les livres qui arrivent bientôt : Alexandra Geyser et Jérôme Attal puis Chloé Alifax.

Ce soir, Barbara va passer les chansons qu’elle écoutait à l’adolescence, les chansons qu’écoutent ses héros de roman. Barbara ne change pas. Je n’ai pas trop changé non plus. J’ai toujours mes amis de maternelle : Jean-Paul, Nicolas, Benoît, Valéry, Stéphane… La plupart sont sur Facebook. Jean-Paul viendra, d’ici quelques jours, courir avec moi pour découvrir un peu le quartier. Comme le temps passe, et rien ne change. Ah si, Olivia a une nouvelle assistante, Dana, ultra canon, qui d’ailleurs a relu le manuscrit pour y dénicher quelques fautes. Une jeune fille ultra canon qui porte des robes émeraude et pose ses yeux vert lagune sur vous, en vous parlant du PSG.

Ultra canon !

Ma Miss Saturne… your sex is on fire.

Ou pas.[Stéphane Million]

Voir les précédents épisodes de 24 secondes dans la vie de Stéphane Million, éditeur

Lire un extrait choisi de "Miss Saturne"

(1 commentaire)

  1. Déclarations+séduction+canons+édition+passion+lamentations= 1 Million

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.