Nick Mac Donell et Tom Wolfe : l’enfant terrible de Harvard et le dandy des lettres américaines

Ce représentant de la toute jeune génération et ce vétéran de la littérature américaine publient curieusement deux ouvrages qu'il paraît intéressant de rapprocher. Alors que le premier rempile avec un roman trash d'étudiants américains privilégiés (Le troisième frère), le second dénonce justement les dérives (déviances) des étudiants dans "Moi Charlotte Simmons". Au delà de leurs thèmes communs, ces deux auteurs, a priori opposés, entretiennent tous les deux des liens étroits avec le journalisme dit narratif.


Emblématique de la jeunesse dorée new-yorkaise d'Upper East Side, Nick McDonell, est le parfait nanti qui a en plus eu le culot de connaître un succès international, à l'âge de 17 ans (en 2002), avec son premier roman "Douze". Une tragédie urbano-moderne des enfants de l'élite américaine, génération saturée de fric dont la recherche effrénée de sensations fortes (fêtes, drogue et armes à feu) tente de combler leur vide existentiel.

Le brûlot, dont l'écriture sèche et distanciée a su se démarquer du maître Ellis, s'est écoulé à 300 000 exemplaires et a été traduit en 24 langues ! A son propos, le New-York Times commentait "Rapide comme du speed, implacable comme de l'acide". Tandis que d'autres amers lui reprochent d'avoir bénéfcié du soutien promotionnel de Hunter S. Thompson, ami de son père, lui même éditeur d'un grand magazine (Sports Illustrated).

Le 1e avril 2006, il nous revient avec un second roman (publié en septembre dernier aux USA) dans la même veine "Le troisième frère" (aux éditions Denoël) : Mike fils d'un grand éditeur de presse et jeune étudiant d'Harvard (ça vous rappelle quelqu'un ?) est envoyé en Thaïlande plus précisément à Bankgok pour retrouver un journaliste égaré. Le gamin en recherche d'expériences "authentiques et sauvages" se lancera à corps perdu dans ce périple hallucinogène et désespéré qui le conduira jusqu'au drame du 11 septembre 2001. Marquant son effondrement intime, familial et psychologique. Loin de tout exotisme naïf, les descriptions sont rare et minimalistes "l'hôtel était blanc avec une porte tournante" mais les questions essentielles sont précises : "Il savait que si on grandissait avec de l'argent, on ne pensait pas à devenir riche et que c'était probablement la même chose avec le courage."

Le jeune homme a rédigé ce second roman pendant des vacances à Hawaï : "Je me levais tôt le matin, je surfais jusqu'à midi puis j'écrivais jusqu'à ce que j'ai atteint 1000 mots, confie t'il au New-York magazine. L'histoire lui a été inspirée par un stage au Time asiatique, dit-il. Le journalisme lui tient par ailleurs à coeur. Il dit se passionner pour l'investigation et conçoit l'écriture d'une enquête comme "une sorte de fiction" à l'image de son bienfaiteur Hunter S. Thompson, appartenant à la même école du "nouveau journalisme" que Tom Wolfe.

Ce dernier, écrivain septuagénaire et auteur culte de "Le bûcher des vanités" ou "L'étoffe des héros", n'a toujours pas raccroché et s'attaque même au milieu sulfureux des campus pour y dénoncer justement les excès en tout genre décrits par McDonell. A travers les yeux de la candide Charlotte Simmons, il démontre que le culte du sexe a définitivement remplacé la vie de l'esprit et livre un réquisitoire contre la jeunesse dorée et désoeuvrée.

Comme à son habitude, ce roman fleuve a été étayé d'une enquête hautement documentée pour restituer le quotidien "dépravé" des étudiants américains. Dans une interview donnée au magazine "Lire", le sémillant écrivain (dont la fille a terminé ses études a Duke university en 2002) se désolait que "les élèves s'intéressent désormais plus au sexe et à l'alcool. Sur le long terme, cela provoquera le déclin de l'Amérique". Il déplorait également, en se défendant d'être "un vieux réac" l'abandon de toute morale sexuelle : "Il n'existe plus aucun tabou : n'importe quel acte et n'importe quelle position sont exécutées, tout de suite, sans médiation". Outre le sujet qui peut sembler un peu rebattu (Wolfe ne livre ici aucune révélation...), ces désillusions sont contées sur un ton hyper-réaliste propre à l'auteur (et qui scandalisa les cercles littéraires à New-York à l'époque), qui ne sied pas à tout le monde...

Extrait : "Au milieu d'un fouillis de jeans, de tee-shirts, de sous-vêtements et de chaussures, deux jeunes corps blancs et nus étaient étendus sur la moquette du séjour, juste au pied de la télé. Bras et jambes entortillés, couchés sur le côté, ils s'adonnaient à la forme originelle de "fuck". Energiquement. "Aaah, aaah, aaah", ahanait inlassablement la fille. Comme ils avaient les pieds vers l'entrée, la vue qu'en avait Jojo consistait pour l'essentiel en une houle de fesses et de cuisses charnues, ainsi qu'un fouillis de cheveux blonds qui masquait entièrement le visage de Mike. Par simple curiosité statistique, Jojo s'est demandé si la fille avait le pubis rasé. Il avait constaté que cette mode s'était rapidement répandue depuis le printemps dernier, même si la nana qu'il avait commencé à emballer deux jours plus tôt lui avait confié que, pour sa part, elle avait un "maillot brésilien". Le point intéressant, c'était la manière dont le truc se propageait. En temps que vedette sportive, il était facile de se tenir au courant des tendances de l'esthétique pubienne, mais comment les filles pouvaient-elles rester à la page, elles ? Etait-ce une question dont elles parlaient entre elles, ou quoi ?"

Photo de Nick McDonnel par Terry McDonell

(5 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Je vous trouve un peu dur avec Tom Wolfe. L’originalité de "Charlotte Simmons" n’est pas dans le côté "campus trash", mais dans la critique du système universitaire américain (absence totale d’ambition intellectuelle au profit d’une vague culture générale). Bon, comme je l’ai déjà dit sur mon blog, le dernier roman de Wolfe n’est pas son meilleur mais il vaut quand même le détour.

  2. Oui, il dénonce ce culte du "tout sexe" au détriment de l’intellect mais cette critique, aussi juste soit elle, n’apparaît pas comme très novatrice.
    C’est comme si en France un auteur faisait un énième roman pour dénoncer les dérives de la télé-réalité (Ok ça n’a pas fait peur à A.Nothomb :-).

    • Simon on 6 avril 2006 at 13 h 32 min
    • Répondre

    Douze est meilleur que Le 3e frère..

    • South country on 5 août 2006 at 13 h 21 min
    • Répondre

    On a tous le fantasme de "l’american college", ces grands campus de prestige avec sa "grande bibliothèque studieuse", les roomates, l’équipe de base ball, les fraternités et sororités où l’on se fait plein de supers amis pour la vie, c’était donc une super idée de la part de Monsieur Wolf de casser le mythe en révélant les dessous de cette image d’épinal.
    Il explique très bien le décalage entre le rêve, la représentation que l’on peut avoir et la réalité décadente qui y régne en réalité et le choc des cultures auquel va être confronté l’héroïne. Garçons et filles en prennent pour leur grade.
    Acide mais toujours très drôle, c’est un roman à lire, vraiment.

  3. J’ai lu le dernier Tom Wolfe et je ne trouve pas qu’il y dénonce quoi que ce soit.

    Sa Charlotte Simmons, joue la cruche débarquant de sa province natale. Adam, censé être l’intellectuel du groupe, discute ardemment avec ses amis… De la définition du mot "cool"!
    En bref, ça vole très, très bas pendant 500 pages, avec une fin en queue de poisson.

    Enfin, ce qui m’a scandalisé, c’est la traduction mot à mot: Google aurait fait mieux!

    Franchement, j’ai été très déçu (vous l’aurez deviné.) Je m’attendais à mieux, après ce qu’en avait dit Frederic Beigbedder dans "Le grand journal".

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.