Auto-édition : les éditions Publibook rachètent la Société des écrivains

Assez controversée l'auto-édition (à compte d'auteur), aux multiples prestataires, poursuit néanmoins son expansion, surfant notamment sur la demande croissante des "recalés" de l'édition traditionnelle (à compte d'éditeur). Ainsi les éditions Publibook annoncent l'achat de la Société des Ecrivains, afin de se renforcer, sur le "marché de l’édition participative", selon les termes de son communiqué.

Cette opération leur permettra d’afficher un chiffre d’affaires de 3 500 000 € et de s’imposer comme leader francophone. Fondées en juin 2000, Publibook, filiale du Groupe Petit Futé depuis mai 2004, publie plus de 600 ouvrages chaque année tant en édition généraliste (théâtre, poésie, roman, autobiographie, essai, biographie etc.) qu'universitaire (cours, recherches, actes de colloques).

L'avenir de l'édition passera-t-il par l'auto-édition ? C'est ce que préfigure la situation américaine avec un nombre de titres imprimés à la demande via Internet devenu supérieur au nombre de nouveautés publiées par les maisons d'édition classiques (plus de 285 000 titres contre 275 000 en 2008).

(33 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Mon premier roman vient de sortir chez La Société des Ecrivains. Le titre ? "ça va… décoiffer !". Un super polar, dont l’action se situe durant le tournage d’une émission de téléréalité en Amérique du Sud ! Et bien sûr, toute ressemblance avec des personnes bla bla bla … Ma nouvelle aventure avec SDE, va donc se poursuivre avec PUBLIBOOK !!

  2. bonjour

    Ma compagne a signer avec les sociétés des écrivains il y a quelques temps et depuis ce temps la elle attend qu’on la publie. Après maintes promesses et surtout de belles paroles ils n’ont toujours pas honorer leurs contrat par contre ils ont encaisser mon ch7que. Comment dois je appeler cela. je voudrais que cette nouvelle édition me réponde au plus vite il s’agit de corinne sergent penses extraites

  3. @fred

    _______

    Ne payez pas, ne payez plus.

    Adressez-vous à TheBookEdition ou Edilivre, c’est entièrement gratuit.

    Cordialement
    Serge ULESKI

  4. fred,
    je suis dans la même situation que vous. ma femme à signé un contrat vec la sociéte des écrivains, on a honoré notre engagement. j’espère que les éditions Publibook soit à la hauteur. sachant que le livre de ma femme était à l’imprimerie.

    • garnier Marie-Christine on 5 septembre 2009 at 11 h 33 min
    • Répondre

    je suis aussi dans le même cas, j’ai payé 760 euros x 2 une somme qui n’a jamais donnée suite à mon ouvrage. Aucune nouvelle de Monsieur Pourtau le Président voir directeur, qui m’a fait signé le contrat à paris et jamais de lettre reçu ou se trouve ma maquette ma clef usb enfin mon livre est intitulé "POURQUOI SE PRENDRE LA TETE" une boutade à développer, mais une plainte reste à être déposée pour que les choses avances et que l’on soit entendu.Efin une personne se manifeste c’est Corine Sergent, mon Email : tantemarie@hotmail.fr

    • Marie-Anne on 10 septembre 2009 at 21 h 40 min
    • Répondre

    Bonjour,

    J’ai signé un contrat avec la société
    des écrivains , j’ai payé 2300 euros et signé mon bon à tirer pour l’édition de mon livre intitulé " raconte moi des histoires…"un livre parodiant les fables de Jean de La Fontaine et s’adressant à la jeunesse ( le livre doit être édité en couleurs ).
    Aujourd’hui je suis stupéfaite de voir que la société n’a eu aucun mal a encaisser mes chèques, mais par contre depuis la signature du bon à tirer plus aucune nouvelle.
    Nous avons besoin de nouvelles, nous avons besoin de vos réponses, donnerez vous suite à nos contrats, allez vous nous éditer ou serons nous dans l’obligation de vous assigner en justice, il serait vraiment dommage d’en arriver là.
    Pouvez vous s’il vous plait nous dire enfin quelles suites seront apportées à nos dossiers ?

    mbrachet@bbox.fr

    • FRAISSE Martine on 11 septembre 2009 at 9 h 36 min
    • Répondre

    Bonjour,
    Voilà plus d’un an que la Société des Ecrivains possède mon manuscrit soit disant parti à l’imprimerie; dernière traite payée : plus de nouvelles! J’ai vite compris !Ce livre représentait pour moi l’aboutissement de 10 années de combat et de plumes laissées afin de faire éclater la vérité sur le véritable état de délabrement du système éducatif Français; après une analyse des causes et des conséquences, je démontre avec preuves édifiantes à l’appui que l’on nous demande au quotidien de cautionner un système qui fabrique à dessein des générations sacrifiées incultes et illettrés (mais bercées d’illusions ),après 20 ans passés sur les bancs d’une école. Depuis 1 mois , le supposé repreneur (Le Petit Futé) bloque tous mes messages ;
    Ayant encore 2 enfants engagés dans des études longues et coûteuses, ce n’est pas mon salaire de prof qui me permet de m’en sortir; je fais partie de cette classe moyenne sur-exploitée en voie de paupérisation et contrainte à des sacrifices permanents. Je ne peux plus faire face financièrement et j’ai même dû emprunter la somme investie pour la publication de ce livre qui me tenait particulièrement à coeur. Je suis complètement anéantie
    Cependant, il me reste encore assez d’énergie pour me battre et faire plonger ce VOLEUR et je suis partante pour que toutes les victimes s’unissent pour une action commune en justice s’il le faut ! Je crois en la SOLIDARITE !
    M. Fraisse

  5. Bonjour, moi, je viens de signer avec Publibook, qui indique mme le contrat type sur son site, les prix etc, donc a priori pas d’entourloupe. J’ai eu une éditrice au téléphone, qui m’a rappelée et expliqué la marche à suivre, elle a aussi répondu à mes e-mails, j’ai reçu la facture, etc. Tout semble se passer comme prévu et je leur fais confiance. Il était temps en effet,avec la crise, que les personnes qui ont des choses à dire, mais sont inconnues, aient la possibilité de publier. C’est nouveau, mais c comme se faire des cartes de visite, des sites internet, des blogs, etc. Un nouveau moyen de communication, aidé par l’internet. Ensuite, il ne faut pas se leurrer, le succès d’un livre dépend de sa qualité, mais aussi de la façon dont il est diffusé et mis en valeur, de l’énergie employée par l’auteur, etc. Bon, je me souhaite bonne chance, ainsi qu’à tous ceux qui ont envie de faire bouger les choses dans le bon sens. Ideis.

  6. et bien j’avais ouvert les commentaires, et depuis cette date, tout a l’air de bien se passer avec Publi Book ! j’ai des interlocuteurs pour la mise en page, la distribution et la diffusion, je croise les doigts pour que ça démarre enfin ! Mais j’ai quand même reçu 25 ouvrages !!
    Publibook m’annonce une disponibilité le 21 septembre, et je prépare activement une liste des médias que je me propse d’informer, bien sûr avec l’appui et le soutien j’espère de Publi Book ! Donc, comme le disait gentiment Ideis plus haut, je me souhaite bonne chance !!!

    • marmottine on 16 septembre 2009 at 12 h 00 min
    • Répondre

    bjr à tous. Après ma désillusion concernant la sté des écrivains, le repreneur Publibook n’est pas très locace et j’attend toujours que la responsable de diffusion me contacte.Si vous avez un tuyau, merci, je n-y crois plus et j’envisage de rejoindre le collectif prêt à se battre pour récupérer les sommes versées. N’hésitez pas à me contacter

    mail:marmottine@neuf.fr

    • BERNIER on 6 octobre 2009 at 18 h 18 min
    • Répondre

    Mon livre ;un petit gars de l’assistance placé en Sologne ed. Sté des écrivains est-il repris par publiboock, j’attend une continuité dans la gestion.
    Merci

    • Titus et Bouboule on 27 octobre 2009 at 10 h 49 min
    • Répondre

    Vous pouvez faire confiance à Publibook !
    je peux vous le confirmer soyez patient car le travail de reprise est titanesque
    Mais pour ma part ils ont tenu leurs engagements au- delà de mes espérances.
    je peux vous dire également que l’équipe est compétente et qu’elle m’a pleinement satisfaite.
    Cordialement
    Titus et Bouboule

    • BERNIER on 27 octobre 2009 at 18 h 02 min
    • Répondre

    auteur de "un petit gars de l’assistance placé en Sologne, repris par Publibook , j’espère obtenir un peu plus de publicité.
    Sur amazon pourquoi la photo couverture de mon livre ne figure pas? Merci

    • Lolo on 28 octobre 2009 at 13 h 31 min
    • Répondre

    Attention! La société des écrivains est une escroquerie. Ils ne font qu’une couverture sommaire, ne relisent pas votre manuscrit. Ils vous refilent des bons à tirer pleins de fautes et un carton avec les 25 exemplaires de votre livre qu’ils produisent en tout et pour tout. Pas de production. Pas de diffusion Pas de Marketing. Ils ne font rien du tout, si ce n’est vous voler et vous faire des promesses qu’ils ne tiendront pas. J’ai fait cette erreur il y a quelques années. Ne la faites pas à votre tour! Ils abusent de l’espérance de jeunes ateurs qui voient leur rêve de se faire publier réalisé. A bon entendeur salut.

  7. Attention :
    auto-edition n’est pas compte d’auteur…
    Voyez le grand procès intenté au webmaster de
    http://www.auto-edition.com
    par Publibook justement, car le webmaster a osé écrire ne payez jamais un éditeur…

    • BERNIER on 6 décembre 2009 at 15 h 06 min
    • Répondre

    bonjour,
    Auteur de "un petit gars de l’Assistance placé en Sologne" je suis trés satisfait de la reprise de mon livre par publibook.Merci de faire connaitre mon chemin de vie, beaucoup de pupilles, anciens pupilles de l’Etat sont à l’écoute…Ils doivent se reconnaitre en lisant mon livre.

    • marmottine on 6 décembre 2009 at 16 h 42 min
    • Répondre

    bjr Bernier,

    comment se passe la diffusion de votre ouvrage? Je suis écrivaine et en phase de publication avec publibook. Merci

    • daniel on 10 décembre 2009 at 18 h 25 min
    • Répondre

    bonjour, je me vois proposer un "futur" contrat passant de SDV a publibook dois je franchir se pas ou non merci de me le dire

  8. Pour moi c’est le Nirvana grâce aux éditions publibook !
    que je remercie vivement.
    http://www.publibook.com/boutiqu...

    • BERNIER on 14 décembre 2009 at 17 h 28 min
    • Répondre

    unpetit gars de l’assistance placé en Sologne , dont je suis l’auteur, ed Sté des écrivains donc maintenant par Publibook.
    il me semble, que la publicité de mon livre est plus étendue, je le retrouve à plus d’endroits sur la toile.Je fais donc confiance à cet éditeur.

    • garnier on 8 janvier 2010 at 18 h 39 min
    • Répondre

    j’ai reçu mes 2 exemplaires le 8 janvier 2009, maintenant voyons la diffusion, je compte sur publibook pour me faire connaître. Qu’en pensez-vous ? Que dois-je demander à publibook pour qu’il soit à la auteur de la publication. Je suis prudente, entre nous les écrivains futurs peuvent me conseiller, . Qu’en pensez vous ?
    tantemarie@hotmail.fr

    • BERNIER on 26 janvier 2010 at 16 h 27 min
    • Répondre

    bonjour
    Mon livre "un petit gars de l’assistance placé en Sologne"Publiboock ayant repris la Sté des écrivains, pour moi je suis satisfait.On ne mme laisse pas tomber.
    bonne chance à vous

  9. Bonjour,
    Je assez fier d’avoir publié mon premier livre "la braise d’amour et de la vengeance", chez la SDE. C’est vrai que je n’ai pas encore touché à mes droits mais je garde toujours l’espoir. D’ailleurs, il ne faut pas voir les choses uniquement d’un point de vue économique. Il sera intéressant de penser à la promotion de la littérature. Figurez-vous que vos livres servent de référence pour la bibliothèque nationale et que vous assumez la tâche d’un écrivain et non pas d’un économiste. Il y a beaucoup de travail à faire et le fait de publier à compte d’auteur n’est qu’une première immersion dans l’art des mots.
    Bon courage à tous.
    Achref SNOUSSI

  10. http://www.societedesecrivains.c...
    je félicite la nouvelle direction de la SDE qui a honoré tous ses engagements.
    Titus et Bouboule sont heureux de parader en tête des magazines comme Marie-Claire !

  11. En 1992 déjà je préconisais l’indépendance, conserver l’intégralité des droits d’auteur : être son propre éditeur.
    Alors, pourquoi y a t il encore du compte d’auteur. Parce qu’il y a de tres mauvais livres et que leur auteur veut avoir son nom sur une couverture…
    Soyez indépendant ou trouvez un auteur qui verse des droits.

    • Aline on 23 février 2010 at 11 h 14 min
    • Répondre

    En même temps, ce genre de choses n’arriverait pas si les livres étaient suffisamment bons pour être publiés ailleurs… Si les graphomanes et écrivains du dimanche veulent quand même avoir la vanité d’être publiés sans jugements critique, faut bien qu’ils paient et qu’ils attendent les délais d’impression…

  12. L’auto-édition ne peut pas être à compte d’auteur !
    L’auto-édition et le compte d’auteur sont de choses bien différentes.
    Voyez par exemple http://www.auto-edition.info
    Et rectifiez la présentation…

  13. France Info a diffusé de bonnes interviews sur le sujet de l’auto-édition et du compte d’auteur à l’occasion du salon du livre. Ne pas confondre auto-édition et compte d’auteur.

    • Ecrivain sans risques on 28 juin 2010 at 19 h 30 min
    • Répondre

    Bonjour.

    Ancien éditeur, je sais que les auteurs qui vivent de leur plume sont rares. Les pourcentages des maisons d’édition sont tels que le nombre d’exemplaire vendus doit être très important pour cela.
    J’ai donc créé un concept qui permet aux auteurs de mieux vivre de leur art. Je leur propose de leur fournir gratuitement les maquettes d’impression. Seule une somme de 80 € sera ajoutée aux commandes de livres au prix coûtant. Par exemple, pour un livre de 200 pages au prix de vente de 18 €, l’auteur déboursera 560,53 € pour 100 exemplaires, ce qui lui permettra de réaliser un bénéfice de 1239,47 €.
    Afin de mieux comprendre le concept, je vous invite à consulter le site : http://www.e-biblioplus.fr

    Souhaitant que ce concept retienne votre intérêt,

    cordialement.

    Lionel Videlo.

    • auto-édition on 25 avril 2011 at 19 h 43 min
    • Répondre

    Je suis entièrement d’accord avec "Jel auteur théâtre". L’auto-édition et le compte d’auteur sont deux choses complètement différentes. Il ne faut surtout pas les confondre.

    D’autre part, l’auto-édition n’est pas synonyme de médiocrité. Il y a de très bons livres auto-édités.

    • Muryel Sarrazin on 17 juin 2012 at 16 h 32 min
    • Répondre

    Bonjour, Je viens d’être éditée chez « La Société des Ecrivains ». Mon livre « L’Automne Des Eucalyptus » écrit pour dévoiler à ma fille le secret de sa naissance et la dernière journée de son père appartenant au FLNC, est pour moi très important. La Société des Ecrivains l’a bousillé! Quatrième de couverture à côté de la plaque, débile, passe-partout, n’ayant rien à voir avec l’histoire… L’éditrice a bâclé… La première illustration était à l’opposé de l’histoire. J’ai attendu plus d’un mois pour qu’elle change, ils n’ont pas tenu compte de mes images… La diffusion est nulle, Clémence Bourdon qui en est chargée est une incompétente et n’applique jamais ce qu’elle dit… etc
    Merci de votre aide.
    Bonne soirée

    • Muryel Sarrazin on 15 février 2013 at 12 h 19 min
    • Répondre

    Bonjour,
    J’ai eu une proposition de Flammarion mais par manque d’informations, mon gendre a fait éditer mon livre par La Société des Ecrivains et sachez qu’après un an de pratique, je vous déconseille vivement de leur faire confiance!
    Mauvaise correction, non respect des demandes lors du BAT, biographie et résumé déformés, aucun compte rendu des ventes, chiffre erroné sur mon compte auteur de leur site! Toujours aucun paiement. Envoi du livre à des faux critiques qui en disent n’importe quoi et s’improvisent « agents littéraires » en pondant quatre fautes dans un paragraphe de trois lignes!
    Si ce n’est pas trop tard: Fuyez-les!
    Vaut mieux s’auto-éditer, des associations existent. Ça revient moins cher, et les livres sont édités à la demande.
    Bonne journée
    Muryel Sarrazin « L’Automne Des Eucalyptus »
    L’auto-édition étant différente de l’édition à compte d’auteur!

    • François Chaintreuil on 24 octobre 2019 at 10 h 03 min
    • Répondre

    Tout éditions à compte d’auteur est une vaste escroquerie. On ne vent pratiquement pas de livre. Ajoutez que si un auteur ne bénéficie pas d’un apport médiatique, et n’est pas distribué chez les libraires petites, moyennes ou bien importante que la FNAC, un auteur n’existe pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.