« Les jeunes écrivains sont-ils si cons ? » (se demande le magazine Transfuge)

Je lisais le dernier numéro de janvier 2012 du magazine littéraire Transfuge, essentiellement pour l’interview de Chloé Delaume (qui persiste et signe dans son dogme de ne pas être divertie par la littérature : "On n’a pas le droit, quand on veut faire quelque chose d’inscrit dans l’époque, d’être dans le divertissement, divertir étant détourner de ce qui occupe. Des romanciers qui font des aventures, il y en aura toujours mais ceux qui savent faire ne peuvent pas se contenter d’utiliser l’esthétisme pour être ce miroir au long du chemin. Il faudrait leur couper la tête." Rien que ça ! ) venant de publier « Une femme avec personne dedans » (titre très bon, en espérant que j’y trouverai quelque chose de plus intéressant que son interview quand je le lirai… Edit : non malheureusement c'est un raté assez magistral), lorsque je suis tombée sur une « enquête » à l’élégant titre : « Les jeunes écrivains sont-ils si cons ? ». Sympathique marronnier s'il en est... article-jeunes-ecrivains2.jpg

Quel diagnostic nous donne donc le magazine à cette grave question récurrente depuis que la littérature existe ? Eh bien c’est assez surprenant je dois dire… En préambule, nous avons droit à une citation de Sollers, bien caricaturale sur les « types de 25 à 35 ans » qui ne sauraient plus « former des phrases correctes » et avoir « une élocution déliée » (eh oui c’était tellement mieux avant !).

Ensuite, la journaliste s’appuie, pour commencer sa démonstration, sur un roman américain : le « Richard Yates » de Tao Lin. Curieux choix mais pourquoi pas… Elle en fait même l’emblème de la nouvelle génération d’écrivains qu’elle décrit comme des « descendants d’Ellis et de Houellebecq » (allez zou, emballé c’est pesé !) : « Tous sont dans cette littérature du nihilisme. Enfants nés dans les années 80, avec la crise, le chômage, le sida, la fin du communisme, ils sont des auteurs de la contre-utopie. Comme Ellis et Houellebecq, ils choisissent, contre les idées, l’ironie. Il n’est plus question pour eux de se définir face à Debord ou Barthes : le vide leur est une donnée acquise. S’ils sont loin d’être ignorants, ils se méfient de la politique, de la psychanalyse, de la sociologie…, bref de tout discours qui viendrait parasiter leur littérature. Ils choisissent donc une parole tronquée, détournée ou pauvre à l’extrême comme celle des personnages de Tao Lin, certains qu’un discours cohérent n’est qu’un artifice du jeu social.

Contre le discursif, ils choisissent le culte des images. Tournant le dos à leurs aînés Pascal Quignard, Pierre Bergounioux, ils rejettent une littérature qui accueillerait un dialogue avec la philosophie pour lui préférer une fiction qui se tournerait vers la photographie, le web et le cinéma. (…) Ce sont des « intermittents du réel »

(Mais de qui diable parle-t-elle ? Les jeunes écrivains français ou carrément toute la littérature mondiale au vue de l’exemple américain de départ ?)

Les paragraphes suivants nous éclairent un peu plus sur la question en citant Auguste Guilbert-Billetdoux (auteur d’un premier roman « Le messie du peuple chauve » avec pour toile de fond le changement climatique), Arthur Deryfus (auteur de « Belle famille »), de Thomas Hairmont (auteur de « Le coprophile », comme son nom l’indique…) ou encore de « Vous serez mes témoins » de Nina Yargekov qui nous est présenté comme « le roman sur le suicide le plus drôle de 2011 ». Un de ses commentaires me semble néanmoins plus pertinent (même s’il ne peut s’appliquer à tous) : « Ellis décrit la vanité des Yuppies new-yorkais, Houellebecq, la mélancolie des classes moyennes, ils croient encore à une société représentable, divisée en classes. Nos jeunes écrivains mentionnent à peine les origines sociales de leurs personnages. Ils se dégagent du social pour un esthétisme pur, proche en un sens de ce que fut « l’art pour l’art ».

Ne connaissant qu’un seul sur les quatre cités ci-dessus, je me garderai bien de jugement de valeur mais j’émets quand même un doute sur leur représentativité des « jeunes écrivains »en général. Suivant (autant que possible...) l’actualité littéraire, j’ai plutôt l’impression d’une très grande diversité dans les genres explorés par les jeunes auteurs (quoique l’on en dise), qui sont loin de se contenter de rester dans le sillage elliso-houellebecquien (et qui s'en éloignent même de plus en plus je dirai). Quelques exemples au hasard : le renouveau du réalisme magique (Véronique Ovaldé, Carole Martinez, Juniot diaz, Safran Foer), de l’anticipation à résonance politique ("Les veilleurs" de Vincent Message, "Avant de disparaître" de Xabi Molia, Antoine Bello, Mathias Énard...) ou encore de l’écologie sous forme satirique ("L'écologie en bas de chez moi" d'Iegor Gran, "Bio" de Franck Deroche).

On se souviendra de la rentrée 2008 et du foisonnant premier roman de Jean-Baptiste Del Amo, "Une éducation libertine", qui revisitait le roman du XVIIIe entre Sade et Laclos.

En 2010, Elisabeth Filhol prenait pour thème de son premier roman ("La Centrale"), multiprimé, le sujet sensible de l'industrie nucléaire en racontant le quotidien d'un intérimaire chargé de la maintenance des réacteurs. De son côté, Maylis de Kerangal rédigeait un « western technique » ("Naissance d'un pont"), prix Médicis 2010. Laurent Binet, prix Goncourt du premier roman 2010, enquêtait dans "HHhH" ( «le cerveau d'Himmler s'appelle Heydrich») sur l'« Opération Anthropoïde » par deux parachutistes tchécoslovques, destinée à tuer le chef de la Gestapo, Reinhard Heydrich, celui que l'Histoire qualifiera « d'homme le plus dangereux du IIIe Reich ». Il retrace sa vie, son ascension et surtout sa mort tout en livrant ses impressions et doutes d'auteur au fil de l'écriture (même Bret Easton Ellis, justement !, l'a lu comme il le signalait le 02/02/2012 sur son compte twitter). bret-easton-ellis-lecture-laurent-binet.jpg La dernière rentrée de septembre 2011 a aussi vu plusieurs tentatives audacieuses comme celle de Stéphane Audeguy, Rom@ (qui s'était déjà distingué il y a quelques années avec "La théorie des nuages" qui courait sur trois siècles, esquissait une histoire de la météorologie et développait une réflexion sur le temps), une fiction fantastique imaginant la finale d'un jeu vidéo (baptisé "Rom@"), des jeux Vidéolympiques, qui voit s'affronter dans la capitale italienne l'Indien "Nano" et l'Italien "Delenda", prétexte à ressusciter le passé de la capitale, antique, médiévale, baroque et mussolinienne, à travers le regard des peintres, des écrivains et des cinéastes... Sans oublier bien sûr, le premier roman, "L'art français de la guerre" d'Alexis Jenni, prix Goncourt 2011, sur la vie d’un soldat perdu de la guerre de 40 à celle d’Algérie en passant par l’Indochine, retraçant l'histoire française à travers ses défaites et renoncements, à mille lieues d'un Bret Easton Ellis donc !

Autre premier roman de la rentrée 2011 profondément ancré dans l'histoire socio-politique française, celui d'Ali Magoudi, "Un sujet français", racontant le parcours de son père de l’Algérie française aux années de guerres, de l’Occupation à la décolonisation, révélant une histoire de France complexe et diverse. De plus en plus d’auteurs explorent aussi le champ expérimental, à l'instar de Chloé Delaume.

Roman social, engagé, historique, futuriste, imaginaire, explorant les formes et croisant les genres..., je pourrai encore continuer les énumérations sur ces dernières années pour démontrer que oui, les jeunes auteurs (français ou non) font entendre des voix très diversifiées, et loin d'être "cons" même si non exempts de maladresses ou de défauts, qu'il n'est vraiment pas possible de cantonner et de réduire à une petite catégorie de nihilistes (pour qui j'ai pourtant une affection particulière !)... Beaucoup de territoires, de styles sont explorés et tentés même si le thème n'a jamais été de toute façon gage de qualité littéraire, éternel débat du fond et de la forme (fondamentale).

Bref, j’ai lu Transfuge… [Alexandra Galakof]

(12 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • Tidiane on 31 janvier 2012 at 9 h 06 min
    • Répondre

    [FB]

    Joliment écrit, solidement argumenté avec un parti pris évident mais assumé. Et une belle chute 🙂

    • Fanny on 31 janvier 2012 at 9 h 08 min
    • Répondre

    [FB]

    suis très rassurée d’être vieille et de n’avoir aucun dogme et plein de divertissements dieu merci.

  1. [FB]

    merci 🙂 et pour C.delaume, voir aussi son combat contre le « divertissement » par ici : http://blogs.lexpress.fr/cafe-livre

    • Tidiane on 31 janvier 2012 at 9 h 31 min
    • Répondre

    [FB]

    🙂 j’aime bien ton écriture ironique. Cette posture d’objecteurs déclinologues n’est malheureusement pas réservée à la seule littérature française mais aussi au ciné, à la radio.. bref relève d’une sorte de détestation bien franchouillarde des toutes choses françaises.
    Bon je suis d’accord tout n’est pas extra et digne de louanges, et c’est souvent avec une critique paresseuse et trop complaisante qu’on fait le lit de la mauvaise littérature (quand les bons sentiments veulent pallier la pauvreté du style, quand le réflexe et les platotudes remplacent la réflexion) mais je ne suis pas sûr que ce « bof c un truc français » soit juste ou même justifié.
    Et puis c une opposition idiote « divertissant/ spirituel ». Le contraire de « léger » n’est pas lourd. Une œuvre peut à la fois divertir ET élever; faire pleurer et changer votre vie. Par contraire on peut « faire lourd » en voulant éviter de faire léger. 🙂

  2. oui mais ici je ne juge pas de la qualité des livres mais juste le fait que les jeunes écrivains ne pondent pas tous (loin de là) des oeuvres « nihilistes » (la thèse de la journaliste de transfuge, on notera au passage que « nihiliste » = « con » dans son esprit donc) mais s’engagent sur plein de territoires différents…

  3. De toute façon, qu’est-ce qu’un jeune écrivain. La catégorie de départ est en elle-même sujette à caution.

  4. je pense qu’on peut le définir sur un ou deux critères cumulatifs ou non : l’âge (moins de 40 ans ?) ou le nombre d’oeuvres (moins de 10 ?).
    disons qu’il ne viendrait pas à l’idée de dire que Roth est un « jeune écrivain » alors que ça paraît plus naturel pour Safran Foer par ex 🙂

    • Gérard on 31 janvier 2012 at 12 h 12 min
    • Répondre

    [FB]

    Pour ou contre okokok ; n’empêche que le débat mérite sans doute d’être posé. Pas de déclin, mais une belle variation de trajectoire qu’il faut aussi considérer. Divertissement/Indifférence/Solipsisme enclenchent des mécaniques intéressantes à questionner, voire à combattre, histoire de frayer d’autres chemins possibles.

  5. j’ai lu cet article sur Transfuge, je ne suis pas sûre que « la connerie » des jeunes écrivains soit une interrogation qui puisse nourrir la question littéraire.. c’est quoi être con ?…mais bon..Quant à Chloé Delaume, certes elle est sans nuance, mais je serais tentée de dire qu’il existe plutôt des littératures plutôt qu’une seule. Pour moi, lire n’est pas un divertissement à proprement parler, même si j’y prends du plaisir, si le livre ne fait que me divertir, c’est à dire me détourner de mes préoccupations, me distraire, occuper mon temps libre , voire « tuer » (???) le temps, je reste sur ma faim car j’attends d’un livre qu’il me bouscule, me fasse du bien ou du mal, me donne à réfléchir et non pas qu’il me distrait gentiment de mon quotidien. Ceci dit pourquoi pas d’autres livres pour laver la tête ? Vaste question : à quoi sert la littérature ?

  6. d’après la journaliste de transfuge « con »= »nihiliste » si j’ai bien compris…

    concernant delaume, ce qui me parait gênant est qu’elle exclut complètement la notion de divertissement -donc de plaisir- en littérature…

  7. @ alexandra : Ah…être nihiliste c’est être con ? ouhla …ça fait peur cette façon de distribuer des bons et des mauvais points ;)) et de ranger dans des cases.. bref… en fait je crois que tout est une question de mots et du sens qu’on leur donne, car parlant de plaisir (vous dites : donc de plaisir), on peut en trouver ailleurs que dans le divertissement ; sans doute ,Chloé Delaume prend énormément de plaisir à lire, sans pour autant se « divertir »..ou avoir envie de se divertir. Donc tout dépend ce que l’on entend par ‘divertissement’

  8. > sur le nihilisme c’est l’avis qui ressort de l’article de Transfuge et non pas mon avis (je suis à l’exact opposé à vrai dire…)

    > A l’heure actuelle la définition de « divertissement » inclut l’idée de plaisir… de plus faire de la littérature un dogme c’est pas mon truc 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.