La théorie de l’information d’Aurélien Bellanger : « Pascal croyait à la théorie de l’information comme à une théorie religieuse. »

Les romanciers en particulier français (de littérature générale), mais également anglo-saxons, n’ont encore que peu exploité les thèmes de la nouvelle économie et révolution des nouvelles technologies dite numérique ou digitale selon le terme américain. Du moins sous un angle socio-économique, les répercussions plus intimes ont en revanche été intégrées assez rapidement notamment la modification …

Lire la suite

Ecrire à la main vs. ordinateur permet-il de libérer la créativité ?

Ecrivez-vous plutôt à la main à l’ancienne, griffonnant fièvreusement cahiers et pages volantes ou êtes-vous un technophile convaincu accro à son écran et clavier d’ordi ou… de téléphone (comme le confiait par exemple Lauren Oliver auteur de romans young adult qui a écrit sur son Blackberry ainsi son premier succès -Before I fall- lors des …

Lire la suite

Orléans de Yann Moix : ce que les collégiennes lui diraient si elles pouvaient parler…

Près de 2 ans après la polémique retentissante ayant accompagné la sortie d’Orléans (rentrée littéraire de sept. 2019), roman d’inspiration familiale de Yann Moix (histoire douloureuse qui avait déjà nourri son précédent pavé « Naissance » pour lequel il avait obtenu le prix Renaudot en 2013), je me suis décidée à le lire et partage …

Lire la suite

Mon année de repos et de détente d’Otessa Moshfegh : Disparition du domaine de la lutte

Mon année de repos et de relaxation est le deuxième roman de l’américaine Otessa Moshfegh qui s’est faite notamment remarquée avec son premier Eileen en 2015 ayant remporté plusieurs prix et un recueil de nouvelles. Cette nouvelle voix montante de romancière, repérée notamment par la revue littéraire Granta et collaboratrice du Paris Review, s’est déjà …

Lire la suite

La nuit a dévoré le monde de Martin Page : Confinement & Monde d’après

critique la nuit a dévoré le monde martin page

La nuit a dévoré le monde, 8e roman de Martin Page  publié en 2012, a suivi un itinéraire original puisqu’il a été originellement été publié, incognito, sous le pseudo à consonnance anglo-saxonne de Pit Agarmenn. Une façon de se réinventer dans l’univers dystopique très en vogue ces dernières années pour l’auteur connu plutôt pour son …

Lire la suite

« Le charlatan » de Vincent Zulawski : « Le pouvoir de la guérison par la création »

Vincent Zulawski le charlatan poésie

Il y a quelques mois, Sophie Marceau étonnait le public en annonçant sur son Instagram la sortie du recueil de poésie (dont le titre de cet article est extrait) de son fils Vincent Zulawski, après une épreuve difficile dont il s’est apparemment relevé avec brio : « Le charlatan et autres poèmes. » Pour sa première parution, …

Lire la suite

Interview de Mahtab Ashraf, éditrice et fondatrice de Fougue Editions : « Chez nous c’est le fond qui précède la forme dans nos choix »

conseils éditrice jeunes auteurs

A la tête d’une jeune et petite maison d’édition indépendante de littérature contemporaine, Fougue Editions qu’elle a fondé en 2018, avec déjà 14 titres édités, Mahtab Ashraf a publié, entre autres, fin 2019 le premier recueil de poésie de Vincent Zulawski (voir interview) fils de Sophie Marceau. Elle nous présente son parcours, son activité et …

Lire la suite

Gabriel Matzneff et son obsession des « Moins de seize ans » (et « Le consentement » de Vanessa Springora)

Les moins de seize ans, le très controversé essai de Gabriel Matzneff est à l’origine de sa « réputation de débauché, de pervers et de diable », selon ses propres termes. Dans cet ouvrage publié pour la première fois en 1974*, (resté longtemps introuvable en librairie et ré-édité récemment en 2005 par les éditions Léo Scheer), il dépeint et explicite, avec beaucoup de lyrisme, son « idée fixe », son « obsession » : les moins de 16 ans, filles ou garçons. Les « gosses », « les momichons et les momichonnes », comme il les surnomme

Désintégration d’Emmanuelle Richard : Voix féminine sans concession de la génération Y

emmanuelle richard désintégration critique

Désintégration d’Emmanuelle Richard est déjà le 3e roman de cette jeune auteur alors âgée de 33 ans lors de sa sortie en 2018. Originaire de la banlieue parisienne, elle est apparue sur la scène littéraire en 2015 avec un premier roman déjà remarqué, La légèreté, sur des vacances adolescentes sur la huppée Ile de Ré …

Lire la suite

Tess D’Urberville : héroïne au travail comme antidote aux maux des hommes

Tess D'Ubervilles Thomas Hardy analyse roman

Tess d’Urberville publiée par Thomas Hardy en 1891 à la clôture de sa carrière de romancier avant de se consacrer uniquement à la poésie, est avant tout remémorée comme une héroïne victime des conventions sexistes et étriquées de l’époque victorienne du XIX e s. anglais et de l’hypocrisie morale dominante, en particulier celles concernant le …

Lire la suite

Guillaume Musso livre sa vision du métier d’écrivain et tacle les éditeurs

Dans son nouveau thriller « La vie secrète des écrivains » (16e roman, avril 2019), Guillaume Musso, le roi des best-sellers en France et à l’international, livre une mise en abyme sur son métier d’écrivain à succès et sur l’écriture et répond indirectement à travers son personnage d’écrivain misanthrope « Salingérien » retiré sur une île, à ses détracteurs, …

Lire la suite

« Romans monstrueux » : la complainte des jeunes auteurs français contre l’autofiction et les romans historiques

Une nouvelle génération de jeunes auteurs trentenaires, à la frontière de la génération X et Y*, s’est faite remarquer (i.e saluer ou moquer) il y a quelques mois, en novembre 2018, pour une tribune collective publié par Le Monde intitulée : « Pour dire notre époque monstrueuse, il faut des romans monstrueux ». Elle est …

Lire la suite

L’amour et les forêts d’Eric Reinhardt : « J’étais en train de me métamorphoser, pour la première fois de ma vie j’ai senti qu’enfin je devenais moi-même. »

l'amour et les forêts analyse critique citations contrefaçon

L’amour et les forêts d’Eric Reinhardt paraît lors de la rentrée littéraire de sept. 2014. Ce portrait de femme souvent comparé à Mme Bovary (même si cela est réducteur) pour le côté femme mal mariée qui s’ennuie et (souffre) et rêve d’autre chose a connu un grand succès tant commercial (vendu à plus de 100000 …

Lire la suite

Réparer les vivants de Maylis de Kerangal : « la folie comme seule forme de pensée possible (…) dans ce cauchemar d’une magnitude inconnue »

Réparer les Vivants est le livre qui aura consacré l’ascension fulgurante de Maylis de Kérangal en 2014 sur la scène littéraire française des années 2000, après deux opus déjà très louangés, Corniche Kennedy en 2008 et Naissance d’un pont en 2010. Multiprimé et adapté au cinéma en 2016 (réalisé par Katell Quillévéré, avec Emmanuelle Seigner …

Lire la suite

La crise de la vingtaine : source d’inspiration intarissable des jeunes auteurs de la génération Y

La crise de la vingtaine, du passage à l’âge adulte, des responsabilités ou encore crise d’adolescence tardive affectent tout autant la génération Y encore appelée millenials que leurs aînés. Un thème finalement éternel qui continue de nourrir la littérature et l’imaginaire des jeunes auteurs dans la droite lignée de cette littérature adulescente et regressive que …

Lire la suite

Dire, écrire le cancer : l’écriture plus forte que le mal (« Un cancer pas si grave » de Géraldine Dormoy)

Dire, écrire la maladie qu’elle soit cancer, sida (cf Hervé Guibert) ou autre est un vrai défi littéraire et personnel. Annie Ernaux, par exemple qui a écrit sur son cancer du sein dans « l’Usage de la photo » regrettait son manque de lecteurs, selon elle car « la société ne veut pas voir ce sujet traité de …

Lire la suite

Mémoire de fille d’Annie Ernaux : « Chaque jour et partout dans le monde il y a des hommes en cercle autour d’une femme, prêts à lui jeter la pierre »

Mémoire de fille est le 19e roman autofictif d’Annie Ernaux publié en 2016 et suivi comme d’habitude d’une abondante critique élogieuse. Avec un double regard rétrospectif et d’époque « de l’intérieur », elle choisit ici d’ausculter et de « déconstruire » l’âge sensible et complexe de l’adolescence. Roman sur l’adolescence mais peut-être pas paradoxalement roman pour ado (on est …

Lire la suite

Mars de Fritz Zorn : La quête désesperée et destructrice de « normalité »

mars fritz zorn critique analyse citations

Mars est la seule et unique œuvre posthume publiée en allemand sous pseudonyme par Fritz Zorn en 1977, alors que l‘auteur, résident à Zurich, décédait du cancer à l’âge de 32 ans. Auteur dont on ne sait rien de plus que ce qu’il aura confié dans son brûlot. Les circonstances de parution de ce livre …

Lire la suite

Brillante de Stéphanie Dupays : « L’entreprise avait compris que le lien le plus fort n’est pas pécuniaire, il est affectif. »

Brillante est le premier roman de la trentenaire Stéphanie Dupays publié en 2016 avec une sortie poche en 2017 qui a rencontré un certain écho (Prix Charles Exbrayat). Comme le laisse deviner sa couverture assez cliché qui semble repompée du diable s’habille en Prada sans en avoir l’humour (cela a d’ailleurs été changé pour la …

Lire la suite

Top 10 de mes livres qui font du bien et énergisants !

livres qui font du bien moral

Livres qui font du bien, livres qui rendent heureux, remontent le moral ou encore qui aident à mieux vivre, ou redonnent le goût de vivre, livres qui changent la vie… : les recherches les plus populaires sur les moteurs du web montrent que la tendance des livres feel good comme les appellent les anglo-saxons ou livres anti-déprime, roman doudou ont toujours la cote ! Récemment le critique Alexandre Gefen publiait « Réparer le monde » un essai sur les vertus réparatrices et même thérapeuthiques de la littérature, s’attirant au passage les piques des littérateurs chafouins qui considèrent que ce n’est pas la fonction des livres que de nous « soigner » ou « guérir » nos maux !